Sources of variability in heterospecific social information use for breeding habitat selection : role of genetics and personality in collared flycatchers

par Jennifer Morinay

Thèse de doctorat en Biologie évolutive

Sous la direction de Blandine Doligez, Lars Gustafsson et de Jukka Forsman.

Soutenue le 22-11-2018

à Lyon en cotutelle avec l'Uppsala universitet , dans le cadre de École Doctorale Evolution Ecosystèmes Microbiologie Modélisation , en partenariat avec Université Claude Bernard (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Laboratoire de Biométrie et Biologie Evolutive (laboratoire) .

Le président du jury était Emmanuel Desouhant.

Le jury était composé de Blandine Doligez, Lars Gustafsson, Jukka Forsman, Ingrid Ahnesjö, Lucy Aplin.

Les rapporteurs étaient Rachel Kendal, Niels Dingemanse.

  • Titre traduit

    Sources de variabilité dans l'utilisation d'informations sociales pour le choix d'habitat de reproduction : rôle de la génétique et de la personnalité chez le gobe-mouche à collier (Ficedula albicollis)


  • Résumé

    Au cours de leur vie, les individus doivent constamment prendre des décisions qui peuvent fortement affecter leur valeur sélective. Pour optimiser leur prise de décisions, ces individus peuvent utiliser des informations soit issues de leurs propres interactions avec l’environnement (informations personnelles), soit issues de l’observation d’autres individus (informations sociales). La propension à utiliser des informations sociales et leur signification dépend certainement de paramètres individuels et environnementaux. Pour comprendre le potentiel évolutif de ce comportement à priori adaptatif, il est nécessaire de comprendre les causes de ces variations inter- et intra-individuelles. Le but de cette thèse était donc de déterminer les sources de variations individuelles dans l’utilisation d’information sociales hétérospécifiques pour le choix d’habitat de reproduction, chez le gobe-mouche à collier (Ficedula albicollis). A partir de données à long terme et d’expérimentations en nature dans la population de Gotland (Suède), j’ai montré que l’utilisation d’informations sociales n’est pas héritable dans cette population, mais dépend de l’âge et de l’agressivité des mâles, ainsi que de la taille de ponte des compétiteurs au moment où les gobe-mouches font leur choix. A partir d’une expérience de repasse, j’ai également montré que les femelles peuvent ajuster, en fonction de leur propre niveau d’agressivité, leur choix de site de nidification en fonction de caractéristiques de chants supposément liés à la qualité des mésanges charbonnières (Parus major). Cette thèse souligne l’importance de la personnalité dans l’utilisation d’informations sociales hétérospecifiques pour la sélection d’habitat de reproduction dans cette population, et montre que des caractéristiques fines de signaux à l’intention de congénères peuvent aussi être utilisées par d’autres espèces. Cela nous aide ainsi à mieux comprendre les mécanismes évolutifs de ce comportement


  • Résumé

    All their life, individuals have to make decisions that may strongly affect their fitness. To optimize their decisions, they can use personally acquired information but also information obtained from observing other individuals (“social information”). The propensity to gather and use social information and the information meaning might depend on both individual and environmental factors. Studying what drives within- and between-individual differences in social information use should help us understand the evolutionary potential of this supposedly adaptive behaviour. The aim of my PhD was to empirically investigate sources of variability in heterospecific social information use for breeding habitat selection. I worked on a natural population of collared flycatchers (Ficedula albicollis, Gotland Island, Sweden), a passerine species shown to cue on the presence, density, reproductive investment and nest site preference of dominant titmice for settlement decisions. Using both long term and experimental data, I showed that the use of heterospecific social information, measured as the probability to copy tit nest preference, is not heritable but depends on male age and aggressiveness and on tit apparent breeding investment at the time of flycatcher settlement. Using a playback experiment, I also showed that female flycatchers can fine-tune nest site choice according to (i) song features supposedly reflecting great tit (Parus major) quality and (ii) their own aggressiveness level. This thesis highlights the importance of personality in the use of heterospecific social information for breeding site selection in this population, and broadens the traditionally known sources of heterospecific information to fine song characteristics reflecting heterospecifics’ quality. To fully understand the evolutionary mechanisms and consequences of heterospecific social information use, genetically based plasticity and fitness consequences remains to be explored


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Claude Bernard. Service commun de la documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.