La figuralité dans les écrits journalistiques de l'information-people : sémiotique du discours de la presse écrite.

par Struily ida Mbang Engouang

Thèse de doctorat en Sémiotique

Sous la direction de Didier Tsala Effa.

Soutenue le 19-12-2018

à Limoges , dans le cadre de École doctorale Sciences du Langage, Psychologie, Cognition, Education (Poitiers) , en partenariat avec Centre de recherches sémiotiques (laboratoire) .

Le président du jury était Isabelle Klock-Fontanille.

Le jury était composé de Didier Tsala Effa, Isabelle Klock-Fontanille.

Les rapporteurs étaient Georice Berthin Madébé, Stéphane Dufour.


  • Résumé

    Cette thèse est consacrée à l'étude sémiotique des figures mises en discours dans l'information-people. L'étude des figures concerne la sémiotique figurative. La sémiotique figurative ouvre à deux possibilités d'analyse des objets: la première qui correspond à la dimension figurative et la deuxième à la dimension figurale. Ces deux dimensions renvoient à l'acte énonciatif. Cette thèse interroge les discours de l'information-people à partir d'un corpus constitué des articles de presse. Elle montre comment l'information-people déforme des figures qu'elle met en discours, autrement dit, les discours de l'information-people ne se contraignent pas à représenter le monde tel qu'il se présente à nous, ils déconstruisent ses structures logiques, les figures ne sont pas en rapport avec la représentation du monde naturel, elles n'ont de sens que dans le discours. Ainsi notre analyse prend en compte les opérations rhétoriques mises en valeur pour déformer les figures en discours. L'importance que nous donnons à notre étude se situe à la conversion des figures mises en discours non plus en signe-renvoi, mais plutôt en des ensembles signifiants qui renvoient à la question de l'énonciation assomptive et subjective. Notre travail de recherche s'attache aussi à montrer la structuration des discours people. Ce sont des discours qui sont structurés sous forme de mythes, de contes, de légendes, d'épopées, de blâme, d'éloge, d'ironie et de drame. C'est à partir de l'usage de ces formes que nous mettons en lumière la question de la figuralité

  • Titre traduit

    The figurality in the journalistic writings of the information-people : semiotics of the speech of the written press.


  • Résumé

    This thesisis focus on the semiotic study of journalistic discourses of information-people. Figurative semiotics indeed opens up two possibililities for the analysis of objects: the first which corresponds to the figurative dimension and second to a figural dimension. thse two dimensions refer to the enunciative act. This thesis questions the information-people speech, from a corpus of press articles, it shows how the information-people distorts the figures it puts into speech, in other words the speech of information-people do not contraint hemselves to reprensent the world as it presensent it self to us, they deconstructits logical structures, the figures are not sometimes related to the representation of the natural world, the only have meaning in figures in speech. Thus, our analysis takes care of the rhetorical operations shighlighted to distort the figures in speech. The importance we give to our study resides in the conversion of the figures put into speech no longer a sign-reference, but rather in meeaninful sets thatrefer to the question of assumption or subjective enonciation. Our research work also focuses on showing the structuring of people' s discourses. These are discourses that are strutured in the form of myths, legends, tales, epics, blame, drama, praise . It is useof these forms that high lights the issue of figurality.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 30-12-2024

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèque électronique). Service Commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.