La réécriture de la langue française dans la littérature gabonaise : le polar de Janis Otsiemi

par Ludmila Ada Ekouma

Thèse de doctorat en Lettres

Sous la direction de Jean-Michel Devésa et de Ramón Marti Sólano.

Soutenue le 27-06-2018

à Limoges , dans le cadre de École doctorale Humanités (Poitiers) , en partenariat avec Espaces Humains et Interactions Culturelles (laboratoire) .

Le président du jury était Papa Samba Diop.

Le jury était composé de Till R. Kuhnle, Subha Xavier.

Les rapporteurs étaient Papa Samba Diop, Bernard Urbani.


  • Résumé

    La littérature gabonaise, forte de son dynamisme, voit davantage d’écrivains faire le choix de décrire les réalités sociales dans une langue française réappropriée. Ce qui consiste pour eux à réinventer le français, à l’image de leur société, et à en faire leur propre langue d’écriture. Notre thèse se propose d’étudier ce phénomène dans le polar gabonais, ce genre en plein essor représenté par Janis Otsiémi, et de démontrer que la créativité du point de vue de la langue reste indissociable de l’engagement et de la conviction de l’écrivain gabonais, et afro-subsaharien par extension. En premier abord, il est question de distinguer la langue d’écriture de l’écriture de la langue. Pour cela, étudier les stratégies d’écriture de l’écrivain, relever les divers gabonismes et africanismes présents dans le roman d’Otsiémi et les fonctions propres à chacune des particularités linguistiques, nous permet de faire état de l’esthétique littéraire et des pratiques langagières gabonaises. En second lieu, l’objectif est pour nous de procéder à une herméneutique de l’oeuvre d’Otsiémi pour dégager grâce à la subversion de l’écriture la poétique subversive de son oeuvre. Pour ce faire, situer le style de l’auteur revient à évaluerl’engagement de l’auteur vis-à-vis de la langue et de l’écriture, à faire face à une écriture hybride résultant du foisonnement des intertextes, et à aborder l’identité à la fois revalorisée et déconstruite par l’auteur, respectant ainsi le principe élémentaire du polar qu’est celui d’écrire le noir.

  • Titre traduit

    The rewriting of the french language in gabonese literature : the crime novel of Janis Ostiemi


  • Résumé

    The Gabonese literature, strong in its dynamism, sees more writers make the choice to describe social realities in a French language reappropriated. What is for them to reinvent the French, in the image of their society, and to make their own language of writing. Our thesis proposes to study this phenomenon in the Gabonese crime novel, this booming genre represented by Janis Otsiemi, and to demonstrate that creativity from the point of view of language remains inseparable fromthe commitment and conviction of the Gabonese writer, and afro-sub-Saharan by extension. At first, it is a question of distinguishing the language of writing from the writing of the language. To do this, to study the writer's writing strategies, to identify the various gabonisms and Africanisms present in Otsiemi's novel and the functions proper to each linguistic peculiarity, allows us to describe literary aesthetics and Gabonese languages practices. In the second place, the objective is for us to proceed with a hermeneutic of the work of Otsiemi to free, thanks to the subversion of writing, the subversive poetics of his work. To do this, situating the author's style amounts to evaluating the author's commitment to language and writing, to coping with a hybrid writing resulting from the proliferation of intertexts, and to approach the identity both revalorized and deconstructed by the author, thus respecting the elementary principle of the crime novel that is to write black.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèque électronique). Service Commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.