Interprétation et croyance : le sens de la religion chez Ludwig Feuerbach

par Mélanie Zita Dioba

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Christian Berner et de Philippe Sabot.

Le président du jury était Vincent Delecroix.

Le jury était composé de Christian Berner, Philippe Sabot, Vincent Delecroix, Antonia Birnbaum.

Les rapporteurs étaient Vincent Delecroix.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur la critique feuerbachienne de la religion. Nous proposons d'envisager cette critique à partir des concepts d'interprétation et de croyance. L'analyse rend compte des divers rapports réels ou imaginaires (mais parfois nécessaires) que la conscience entretient avec soi, avec les autres et avec le monde environnant. Il s'agit par-là de mettre en avant la méthode génético-critique, développée par Feuerbach, qui se veut une herméneutique du sens, comme direction et signification, qui se donne pour but de dévoiler, c'est-à-dire de mettre au jour et à jour la vraie signification de la religion, qui est une signification anthropologique (et non théologique). Expression naturelle et intrinsèque de l'essence humaine, fonction éternelle de l'esprit humain, la structure de la conscience religieuse se doit d'être réinterprétée selon Feuerbach - afin de sonner le glas de la fausse religion - qui se caractérise par un rapport faussé au réel - et de revenir à la vraie religion, la religion de et pour l'homme, dans laquelle ce dernier peut s'accomplir en tant qu'être libre et communautaire. Il s'agit donc pour Feuerbach non pas de supprimer ou d'oublier la religion, mais de la restaurer et peut-être de la réinventer. Pour réaliser cet objectif, Feuerbach s'est proposé de lire anthropologiquement la religion - plutôt que religieusement ou théologiquement. Il a ainsi fallu déplacer la critique vers un terrain séculier ; le but n'étant pas de contester la valeur, ni même la valeur historique du donné religieux, mais de rétablir le sens qui concorde avec la réalité humaine. C'est d'ailleurs sur cette base que Feuerbach propose sa philosophie de l'avenir en rapport avec cette nouvelle religion de l'homme qui exige un retour au sensible. On voit apparaître - à partir de cette nécessité de faire valoir le sens à travers les diverses expériences de conscience du sujet - un humanisme qui se présente à la fois comme athée et religieux. Mais ce qui semble relever du paradoxe mérite d'être analysé comme une possibilité de redéfinition des concepts d'athée et de religieux, de telle sorte qu'il n'apparaît pas nécessairement oxymorique - d'un point de vue général, mais surtout feuerbachien - de parler d'un athéisme religieux. Cela rejoint d'ailleurs le développement de thèmes plus actuels qui ne cessent d'accorder de la valeur et de faire place à cette possibilité de vivre le religieux ou la spiritualité autrement qu'en rapport avec des dogmes ou des pratiques codifiées. Notre thèse se propose ainsi de saisir l'intention, la valeur, l'envergure de la pensée de Feuerbach et surtout l'influence qu'elle a eu sur d'aitres pensées philosophiques.

  • Titre traduit

    Interpretation and belief : the meaning of religion in Feuerbach' works


  • Résumé

    Our work deals with Feuerbachian criticism of religion. We consider that criticism from an articulation between interpretation and belief. This analysis reports on various, real or imaginary (but sometime necessary) relationship that consciousness has with itself, with others and the surrounding world. That is to highlight the genetics and critical method which claims to be a hermeneutics of meaning - as direction and meaning - which aims to unveil or uncover and update the true meaning of religion, which is an anthropological (and not theological) meaning. As natural and intrinsic expression of human essence, eternal function of human mind, the structure of religious consciousness must be reinterpreted, according to Feuerbach, in order to spell the end of/sound the death knell for false religion - which is characterized by a distorted relationship to the real - and return to the true religion, the religion of Man in which the latter can be fulfilled as a free and communal being. For Feuerbach, therefore, it is not a question of suppressing or forgetting religion, but of restoring it and perhaps reinventing it. To achieve this goal, Feuerbach proposed to anthropologvically read religion - rather than religiously or theologically. For that it was necessary to move thet criticism to a secular ground/field. Disputing the value, nor the historical value of religions data, is not the objective. Feuerbach wants to restore the meaning which aligns with human reality. It is on this basis that Feuerbach proposes his philosophy of the future in relation to this new religion of man which requires a feedback to the sensible. Then we can see - from the need and the urgency to let the meaning appears through the various experiences of subject consciousness - a humanism which is both atheistic and religious. But what seems to be the paradox deserves to be analyzed as a possibility for redefinition of the concepts of atheist and religious, in such a way that it is not necessarily oxymoronic - from a general point of view, but especially Feuerbachian one - to talk about a religious atheism. It also joins the development of more current topics/contemporary thems which, more and more, value and make room for this possibility of living religion or spirituality otherwise than in connection with dogmas or codified practices. Our thesis thus intends to grasp the intention, the value, the scale of Feuerbach's thought and especially the influence he had on other philosophical thoughts.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Lille. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.