Est-il l’un des leurs ? Francis Fukuyama et le néoconservatisme américain

par Pierre Bourgois

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Patrick Troude-Chastenet.

Soutenue le 28-11-2018

à Bordeaux , dans le cadre de DROIT , en partenariat avec Centre Montesquieu de recherche politique (Pessac, Gironde) (laboratoire) .

Le président du jury était Dario Battistella.

Le jury était composé de Dario Battistella, Bernard Bruneteau, Jean-Vincent Holeindre, Maud Quessard-Salvaing.

Les rapporteurs étaient Bernard Bruneteau, Jean-Vincent Holeindre.


  • Résumé

    Francis Fukuyama s’est fait connaître aux yeux du grand public à la fin des années 1980 et au début des années 1990, suite à sa célèbre thèse controversée de « la fin de l’histoire ». Érigé comme un parfait défenseur du modèle politique et économique libéral occidental, le politologue fut régulièrement associé au néoconservatisme américain, cela jusqu’à sa rupture clairement affichée au milieu des années 2000. Si Fukuyama dénonce alors la vision « agressive » de la génération post-Guerre froide du mouvement en politique étrangère, on s’aperçoit par ailleurs également, avant cette période, de l’existence de certaines divergences avec les premiers néoconservateurs, notamment en politique intérieure. Dès lors, on peut s’interroger sur la place réelle qu’occupe l’auteur de « la fin de l’histoire » au sein du néoconservatisme américain. À ce titre, nous défendons la thèse selon laquelle l’œuvre fukuyamienne, loin d’être marginale, incarne au contraire pleinement le socle intellectuel du néoconservatisme. Preuve, au-delà de la diversité indéniable, d’une unité idéologique plus large au sein du courant.

  • Titre traduit

    Is He One of Them? Francis Fukuyama and American Neoconservatism


  • Résumé

    Francis Fukuyama became known in the eyes of the general public in the late 1980s and early 1990s, following his famous controversial “End of History” thesis. Perceived as a perfect defender of the Western liberal political and economic model, the political scientist was regularly associated with American neoconservatism, until its break clearly displayed in the mid-2000s. If Fukuyama denounces the “aggressive” vision of the post-Cold War generation in foreign policy, we also notice, before this period, the existence of some divergences with the first neoconservatives, particularly in domestic policy. Consequently, one may question the real place occupied by the author of “The End of History” in American neoconservatism. As such, we defend the thesis that the Fukuyamian work, far from being marginal, fully embodies the intellectual base of neoconservatism. This is proof, beyond the undeniable diversity, of a broader ideological unity within the current.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.