Les associations de femmes face aux inégalités de genre en Algérie

par Djaouida Lassel

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Françoise Lorcerie.

Le président du jury était Catherine Miller.

Le jury était composé de Pierre-Noël Denieuil.

Les rapporteurs étaient Jocelyne Streiff-Fénart, Abderrahmane Moussaoui.


  • Résumé

    Cette thèse porte sur l’action de deux types d’associations de femmes, présentées dans quatre régions rurales et urbaines de l’Algérie : Alger, Oran, Blida et Tipaza, dont la création est entre 1991 et 2002. Leur histoire est étroitement liée aux dynamiques des mouvements sociaux et politiques algériens durant cette période.Cette recherche s’inscrit dans une perspective féministe et se distingue par la mobilisation du concept d’empowerment introduit par Wiliam Ninacks. À travers les entretiens semi directifs et des compléments d’informations recueillis lors de l’observation participante, méthodologie utilisée pour la première fois pour étudier les associations de femmes en Algérie, deux types d’associations ont été ont été examinés. Le premier inclut deux associations intervenantes en faveur des femmes victimes de violences. Elles font en outre un travail de pression au niveau des trois pouvoirs : politique, législatif, et juridique, pour changer les lois sur la famille et celles relatives à la violence contre les femmes. Le deuxième type d’associations étudié vient en aide aux femmes rurales et artisanes.Cinq associations ont été ainsi observées. Cette thèse contribue à la connaissance des nombreux défis auxquelles elles font face dans l’établissement de pratiques et actions permettant aux femmes rurales et citadines en situation de violence, de besoin, et d’exclusion de se constituer en actrices collectives pour agir ensemble en vue de changements de leur statut social et économique

  • Titre traduit

    Women's associations in the face of the inequality in Algeria


  • Résumé

    This dissertation focuses on the action of two types of women's associations, presented in four rural and urban areas of Algeria: Algiers, Oran, and Tipaza, whose creation is between 1991 and 2002. Their history is closely linked to the dynamics of Algerian social and political movements during this period.This research is part of a feminist perspective and is distinguished by the mobilization of the concept of empowerment introduced by William Ninacks.Through the semi-directive interviews and additional information gathered during the participant observation, methodology used for the first time to study women's associations in Algeria, two types of associations were Examined. The first includes two associations for women victims of violence. They also exert pressure on the three powers : political, legislative, and legal, to change family laws and those relating to violence against women. The second type of association studied supports rural and artisanal women.Five associations have been observed. This thesis contributes to the knowledge of the many challenges they face in the establishment of practices and actions enabling rural and urban women in situations of violence, need, and exclusion to establish themselves as actresses to act together in order to change their social and economic status

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.