Le Pacte de Médine (VIIe siècle) : Une relecture critique

par Yahia Bellahcene

Thèse de doctorat en Littératures et civilisations

Sous la direction de Francesco Chiabotti et de Jean-Jacques Thibon.


  • Résumé

    La ṣaḥīfa de Médine, a suscité l’attention des érudits occidentaux depuis la deuxième moitié du dix-neuvième siècle,à un tel point que P.L. Rose la considère comme « une struc- ture squelettique » qui contrôle les rapports de la Sīra. Elle a été préservée grâce à deux historiographes du 3ème/9ème siècle : Ibn Hishām et Abū ‘Ubayd ; la recherche contemporaine la place, dans l’ensemble, dans les cinq premières années de l’hégire. Elle illustre clairement, à travers ses variantes présentes et dans le texte lui- même et dans sa chaîne de transmission, les aléas, forcément dommageable,du passage d’une culture de l’oralité à l’écrit. L’accès à l’écrit n’était pas si simple que nous avons toujours cru. Le tournant capital était,lorsque le Barmakide, Ja‘far Ibn Yaḥya (m. 187/803), introduit, vers la fin du 8e/ début du 9e siècle, l’usage du papier dans les bureaux officiels. Cette réforme est due au coût moins élevé de cette matière,et notamment à l’impossibilité de gratter ou laver le papier, à l’inverse du papyrus et du parchemin. Cette Ṣaḥīfa a été fondamentalement produite durant la période prophétique,mais elle a été sans doute modifiée postérieurement,en rajoutant des paragraphes, omettant d’autres, en rajoutant des paragraphes, omettant d’autres, et en particulier en réorgani-sant ces derniers d’une façon qui ne se conforme pas toujours à son classement initial. Ce Texte nous fournit également les connotations originales des grands termes islamiques, comme mu’min et kāfir.

  • Titre traduit

    The Pact of Medina (VIIe century) : A critical rereading


  • Résumé

    The Ṣaḥīfa of Medina, has drawn the attention of the Western scholars since the second half of the nineteenth century, to such an extent that P. L. Rose considers it as a “skeletal structure’’, which controls the veracity of Sīra-reports. It has been preserved thanks to two historiographers of the 3rd/9thcentury : Ibn Hishām and Abū ‘Ubayd ; the contemporary research situates it, on the whole, in the first five years of Hijra.It clearly illustrates, through its variants present in the text itself as well as in the chain of transmission, the vagaries, necessarily harmful, moving from an oral transmission, culture to a written one. The access to the writing was not so simple that we have always believed. The crucial turning point was when the Barmakid Ja‛far Ibn Yaḥya, (d. 187/803), introduced, by the end of the 8th/ beginning of the9th century, the usage of the paper in the government offices. This reform was due to the ower cost of this material and in parti- cular to the impossibility of scratching or washing paper, unlike papyrus and parchment.This Ṣaḥīfa wasfundamentally produced during the Prophet’s life time, however it was doubtless modified later, adding paragraphs,deleting others, and particularly organizing them in a way thatdoes not always comply with its initial ranking. This Text provides too original connota- tions of great Islamic words,like mu’min and kāfir.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Le Pacte de Médine (VIIe siècle) : Une relecture critique


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris). Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Le Pacte de Médine (VIIe siècle) : Une relecture critique
  • Détails : 1 vol. (376 p.)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.