Bandello in Italia. La tradizione delle Novelle tra XVI e XVII secolo : Centorio, Sansovino, Bonciari

par Nicola Ignazio Loi

Thèse de doctorat en Études Italiennes

Sous la direction de Corinne Lucas-Fiorato et de Maria Antonietta Cortini.

  • Titre traduit

    Bandello en Italie. La tradition des Novelle entre le XVIe et le XVIIe siècle : Centorio, Sansovino, Bonciari


  • Résumé

    Les Novelle de Matteo Bandello (Lucca, 1554 ; Lyon, 1573) disparaissent rapidement du circuit éditorial italien : elles ne seront republiées en version intégrale dans la Péninsule qu'en 1791-1793, avec l'édition de Livourne, chez l’éditeur Masi, établie par Gaetano Poggiali et présentée sous l'indication trompeuse de ‘Londres, chez Riccardo Banker’. Entre ces limites chronologiques extrêmes, dans le panorama éditorial italien des XVIe et XVIIe siècles, on n’enregistre de cette oeuvre qu’une survivance résiduelle, qui n’a pas fait l'objet encore aujourd’hui d'une reconstruction exhaustive. En 1560, Ascanio Centorio degli Ortensi publie une version du recueil, privée des lettres dédicatoires, qui comprend des nouvelles réécrites, choisies et mêlées à celles d’autres auteurs. À partir de 1562, vingt nouvelles bandelliennes seront insérées dans les Cento novelle scelte da i più nobili scrittori della lingua volgare, l’anthologie conçue par Francesco Sansovino et relancée à plusieurs reprises à Venise entre 1561 et 1619. Huit autres nouvelles, enfin, seront traduites en latin par l’érudit pérugin Marco Antonio Bonciari dans son recueil d’exempla, intitulé Thrasymenus sive Anthologiae Illustrium Exemplorum Decades duae (Perugia 1641) et Decades tres (Perugia 1648).Cette fragmentation de l’œuvre originale de Bandello s’accompagne d’une disparition progressive de l’auteur, éludant d’abord son espace privilégié, les lettres dédicatoires, puis son auctorialité et jusqu’à son simple nom. En examinant dans le détail, et surtout dans leur ensemble, les ouvrages précédemment cités, on s’interrogera sur les raisons de cette mauvaise réception de l’édition princeps, sur les problèmes moraux, littéraires et éditoriaux qu’elle pouvait soulever, ainsi que sur sa réelle circulation et diffusion parmi les lecteurs de l’époque.

  • Titre traduit

    Bandello in Italy. The reception of the Novelle between the XVIth and the XVII century : Centorio, Sansovino, Bonciari


  • Résumé

    Matteo Bandello's Novelle (Lucca, 1554, Lyon, 1573) swiftly disappear from the Italian editorial distribution: they will be published again in full version not before 1791-1793, with the Livorno edition, by Gaetano Poggiali, presented under the fallacious indication of 'London, by Riccardo Banker'. In between these chronological extremes, in the sixteenth and seventeenth centuries' Italy, only a residual survivance of his works can be recorded, which has not yet been subject to a comprehensive and detailed reconstruction. In 1560 Ascanio Centorio of Ortensi circulates a version of the collection without its dedication letters, with rewritten novelle, selected and mixed with those of other authors. As of 1562 twenty novels of Bandello will appear in the Cento novelle scelte da i più nobili scrittori della lingua volgare, the anthology thought by Francesco Sansovino and printed several times in Venice from 1561 to 1619. Eventually eight other novels will be translated in Latin by the Perugian scholar Marco Antonio Bonciari in his collection of exempla, entitled Thrasymenus sive Anthologiae Illustrium exemplorum Decades duae (Perugia 1641) and Decades tres (Perugia 1648).To this fragmentation of the original novelliere corresponds the gradual disappearance of the author: first denying his privileged setting, represented by the dedicatory letters, then even his proper name. Examining the above listed works in detail and in their whole, we shall ponder the reasons for the poor audience of the princeps edition, the moral, literary and editorial problems it could raise, as well as its true circulation amongst readers of this age.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.