Sources appliquées aux cavités auto-alimentées pour les nouveaux réseaux d’accès multiplexés en longueur d’onde

par Anaëlle Maho

Thèse de doctorat en Télécommunications

Sous la direction de Badr-Eddine Benkelfat et de Yann Frignac.

Soutenue le 19-01-2017

à Evry, Institut national des télécommunications , dans le cadre de École doctorale Informatique, télécommunications et électronique (Paris) , en partenariat avec Université Pierre et Marie Curie (Paris ; 1971-2017) (Université) , Services répartis- Architectures- MOdélisation- Validation- Administration des Réseaux / SAMOVAR (laboratoire) et de Département Electronique et Physique / EPH (laboratoire) .

Le président du jury était Joël Jacquet.

Le jury était composé de Yann Frignac, Philippe Chanclou, Cédric Ware, Romain Brenot.

Les rapporteurs étaient Joël Jacquet, Delphine Marris-Morini.


  • Résumé

    Les réseaux d’accès sont particulièrement concernés par les montées en débit dans un contexte exigeant et compétitif. En 2013, les verrous technologiques autour des cavités auto-alimentées limitaient leur expansion. Notre propos fut de les aborder selon une approche “composant”. A partir de caractérisations croisées entre des RSOA variés et de simulations, nous avons montré: - l’importance du seuil du RSOA sur les performances globales ; - les rôles de l’émission spontanée, de la densité de porteurs, des recombinaisons Auger et de la hauteur des barrières ; - la sensibilité des RSOA fort gain au ripple. Livrés à nos partenaires, les RSOA bande O menèrent à des résultats à l’état de l’art tandis que les RSOA aluminium ne tinrent les promesses espérées. Nous cherchâmes alors à trouver des solutions alternatives. Comparativement au RSOA, Fabry-Pérot comme EAM-RSOA limitent le chirp et sont de plus grande bande passante. Toutefois, intégrés en cavité, ils ne dépassèrent pas les 2,5 Gbit/s pour un BER restreint. Pourtant, pris séparément, RSOA et EAM autorisent des débits jusqu’à 20 Gbit/s. Nous pensons qu’en remplaçant le tronçon de fibre par de l’optique en espace libre confirmerait le potentiel de ce concept

  • Titre traduit

    Emitting sources for self-seeded cavities in the next generation wavelength multiplexed access networks


  • Résumé

    Today, access networks have to face higher data bit rates with strong constraints and competitors. In 2013, self-seeded cavities were limited by some issues that we have tried to solve from a component point of view. Thanks to experimental observations on various RSOA and thanks to simulations, we have shown: - the impact of RSOA threshold on the global performances, - the influence of the spontaneous emission, of the carrier density, of Auger recombination as well as the barrier bandgap, - how high gain RSOA were sensitive to ripple. Delivered to our partners, O band RSOA led to state-of-the-art results whereas aluminum RSOA were disappointing. We looked for short/mid-terms solutions. Compared to RSOA, both of the Fabry-Perot and the RSOA-EAM reduce the chirp and display an enhanced bandwidth. Yet, integrated in the cavity, they were limited at 2.5 Gbit/s with a high BER. Nonetheless each of the EAM and the RSOA could support up to 20 Gbit/s. We believe we could prove such data bitrates by replacing the feeder fiber between the two components by a free space link


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Télécom SudParis et Institut Mines-Télécom Business School. Médiathèque.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.