Jeux de lecture, jeux de langage : l'ubiquité de la pensée wittgensteinienne ou l'horizontalité contre la verticalité.

par Gilliane Laurent

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de René Daval.

Soutenue le 31-05-2017

à Reims , dans le cadre de Ecole doctorale Sciences de l'homme et de la société (Reims, Marne) , en partenariat avec (CIRLEP) Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues Et la Pensée (laboratoire) .

Le président du jury était Layla Raïd.

Le jury était composé de René Daval, Pierre Frath, Lorenzo Vinciguerra.

Les rapporteurs étaient Christiane Chauviré.


  • Résumé

    Dans ses Remarques mêlées, Wittgenstein écrivait : « Qui enseigne aujourd’hui la philosophie ne choisit pas pour son élève une nourriture à son goût, mais celle qui est capable de changer son goût. »Et nous avons mauvais goût manifestement : notre palais n’est sensible qu’aux schèmes verticaux. Il n’affectionne que ce qui s’y apparente. Ce « nous » auquel nous nous référons n’englobe pas que les étudiants. Il désigne avant tout les professionnels de la philosophie, et ceux des sciences humaines. La cible de Wittgenstein, c’est finalement l’universitaire. Celui, du moins, qui en a adopté le langage et les codes, et qui, à travers eux conçoit ce qu’est un résultat et les moyens d’y parvenir.Adopter ce langage et ces codes en philosophie résulte d'un malentendu, d'une ambition qui ne peut que manquer ce qu'elle voudrait atteindre, car cette méthode ne lui est pas propre : elle se calque sur celle des sciences. Elle édifie quand elle devrait décrire, elle démontre quand elle devrait étaler.La philosophie ne devrait être qu’horizontalité. C’est là le « message wittgensteinien », nous semble-t-il. C’est en tout cas comme cela que nous nous permettons de le formuler. Il est présent en chaque point de son œuvre, de manière plus ou moins perceptible, il est vrai. La forme de celle-ci se déroule, se dessine peu à peu à partir de ce précepte. C’est la raison pour laquelle il n'est pas évident pour le lecteur de s’y retrouver. Rien ne lui est livré comme de coutume, dans les emballages desquels il est familier. Le message est distillé à chaque instant, par touches succinctes, peu importe le tableau. C’est en cela qu’on peut parler d’ubiquité de la pensée wittgensteinienne.

  • Titre traduit

    Reading games, language-games : the ubiquity of Wittgenstein's thought - horizontality versus verticality.


  • Résumé

    In Culture and Value, Wittgenstein wrote: ‘Someone who teaches philosophy nowadays gives his pupil foods, not because they are to his taste, but in order to change his taste.’We obviously have bad taste: our palate is only sensitive to vertical schema. It only likes what it is similar to it. This ‘us’ we refer to, does not only include students. It mostly designates the professionals of philosophy, and those from Human Sciences. Wittgenstein's aim is, after all, the academic. Or at least, the one who uses its language and its codes, and through them, knows what a result is and the means to reach it.Use this language and these codes in philosophy, is the result of a misunderstanding, of an ambition that is only able to miss what it wants to reach, because this method is not its own: it models itself on the scientific one. It edifies when it should be describing and demonstrates when it should be spreading.Philosophy should only be horizontality appears to be the ‘Wittgensteinian message’, it seems to us. We allow ourselves to express it as so anyway. We can find this message, in a more or less discernible way, that is true, all along his work. The shape of Wittgenstein's work appears bit by bit from this precept. This is the reason why it is not easy for the reader to find his way through. Nothing is given to him as usual, in the packages he is used to receive it. The message is disclosed, in every instant, by succinct touches, no matter the picture. We can therefore talk about the ubiquity of Wittgensteinian thought.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Reims Champagne-Ardenne (Bibliothèque électronique). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.