La continuité stéréoscopique : correspondances et discontinuité

par Esther Jacopin

Thèse de doctorat en SACRe, cinéma

Sous la direction de Giusy Pisano.

Soutenue le 02-12-2017

à Paris Sciences et Lettres (ComUE) , dans le cadre de École doctorale Lettres, Arts, Sciences humaines et sociales , en partenariat avec Équipe d'accueil SACRe - Sciences, arts, création, recherche (Paris) (équipe de recherche) , FEMIS (Paris) (établissement opérateur d'inscription) et de EA 7410 — Sciences, Arts, Création, Recherche — SACRe (laboratoire) .

Le président du jury était Vincent Amiel.

Le jury était composé de Giusy Pisano, Jeanne Danguin, Sabine Lancelin, Sylvain Grain.

Les rapporteurs étaient Martin Barnier, Gilles Mouëllic.


  • Résumé

    Réalisée au sein du doctorat SACRe, la démarche de cette thèse est celle d'une recherche par la pratique. Elle est constituée de deux films en 3D stéréoscopique (3Ds). Ils sont accompagnés d'un manuscrit qui fait état des explorations et met en forme la réflexion menée au cours des trois années de doctorat.Dans un premier temps, la thèse s'emploie à définir la notion de continuité au cinéma. Elle conduit à l'identification des éléments requis pour l'existence de la continuité d'une part, et pour sa compréhension d'autre part, permettant ainsi d'établir un modèle de la continuité cinématographique, qui partage certains de ses principes avec d'autres domaines, tant scientifiques qu'artistiques.Nous analysons ensuite le cas singulier de la stéréoscopie, entre continuités et discontinuités. Cette étude technique et perceptive permet d'aborder pleinement les spécificités de cette technique, afin de faire l'état des lieux de la continuité dans le cinéma en 3D stéréoscopique.La recherche s'achève en mettant en lumière les possibilités artistiques inexplorées en 3Ds, parmi lesquelles celle d'enrichir la continuité stéréoscopique en s'inspirant de la façon dont l'architecture et la musique ont traité les notions de continuité et de discontinuité. Nous avons expérimenté certaines de ces possibilités au travers de deux courts métrages, dont nous rendons compte dans la dernière partie du manuscrit.

  • Titre traduit

    Stereoscopic continuity : correspondances and discontinuities


  • Résumé

    This work has been driven among the Sciences, Arts, Design and Research doctoral program (SACRe), which relies on a practice-based research. It is therefore made of two stereoscopic 3D (S3D) movies and a dissertation that reports the explorations and our reflexive approach during this three years program.The thesis first focuses on formalising the concept of continuity in cinema. This leads to enlighten elements that permits the continuity to exist on one hand, as well as those required for its understanding on the other hand, so as to define a general model of cinematographic continuity; that reveals itself to be sharing some of its principles with scientific disciplines as well as artistic ones.We then analyse the singular case of stereoscopy, between continuities and discontinuities. This technical and perceptual study enables us to apprehend its specificities, in order to examine the state of continuity in nowadays stereoscopic cinema.This work finally focuses on unexplored artistic possibilities in S3D, among which the enrichment of stereoscopic continuity, inspired by the way architecture and music have treated continuity and discontinuity issues. We have experimented some of these possibilities through two short films, as we report at the end of the dissertation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.