Les théologiens face à la question de l’influence céleste. Science et foi dans les commentaires des "Sentences" (v. 1220-v.1340)

par Maria Sorokina

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Nicolas Weill-Parot.

Le président du jury était Franck Collard.

Le jury était composé de Jacques Paviot, Maaike Van Der Lugt, Oleg Voskoboynikov.

Les rapporteurs étaient Danielle Jacquart, Tiziana Suarez-Nani.


  • Résumé

    Depuis longtemps l’importance des commentaires des Sentences de Pierre Lombard pour les études en histoire de sciences n’est plus à démontrer. Œuvres des théologiens, ces textes traitent pourtant un grand nombre de sujets relevant de la philosophie naturelle. La question de l’influence céleste en est une preuve. Les commentateurs des Sentences l’abordent de deux façons. D’une part, ils parlent de l’influence céleste « normale », celle des sphères, des planètes et des étoiles étudiées dans les ouvrages astronomiques médiévaux. Nos auteurs décrivent en détail le rôle de ces corps supérieurs dans le système des causes, énumèrent et classifient les effets qu’ils produisent, indiquent les limites de leur pouvoir. Tout en se démarquant des astrologues, ils affirment également que les astres sont des signes à interpréter. D’autre part, les commentateurs des Sentences veulent saisir une influence céleste « extraordinaire », celle des corps supérieurs dont l’existence est postulée par les théologiens. Ils cherchent à savoir si le ciel des empyrées, l’ultime sphère de l’univers dans laquelle demeureront à la fin des temps les bienheureux, agit sur les corps terrestres. Ils s’efforcent de comprendre si, après le Jugement dernier, les planètes et les étoiles dont le mouvement cessera et dont la lumière augmentera produiront toujours des phénomènes dans le monde d’ici-bas. Notre étude poursuit un objectif double : d’abord, analyser les deux notions, celle de l’influence des cieux astronomiques et celle de l’influence des cieux théologiques, ensuite, comprendre comment elles s’articulent. Le problème de la causalité des corps supérieurs « hors normes » est-il résolu conformément à la conception de la causalité céleste « ordinaire » d’une période donnée ? Ou, inversement, cette théorie est-elle capable d’évoluer pour inclure les cas limites de l’empyrée et des cieux post-apocalyptiques ? À travers ces interrogations, nous aborderons le complexe sujet des rapports entre la théologie et la physique, entre la foi et la science.

  • Titre traduit

    The Theologians Facing the Question of Celestial Influence. Science and Faith in Commentaries on the Sentences (1220-1340)


  • Résumé

    The importance of the Commentaries on the Sentences of Peter Lombard for the history of science has been well-established for a long time. Although they were written by theologians, those texts deal with many topics coming under natural philosophy. The question of celestial influence is a good proof. The Sentences commentators address it in two ways. On the one hand, they deal with the « normal » influence, that of the spheres, planets and stars which are studied in the medieval astronomical writings. Our authors describe with scrutiny the role of the celestial bodies within the system of causes, they list and classify the effects which they produced, show the limit of their power. While distancing themselves from the astrologers, they also assert those celestial bodies are signs to be interpreted. On the other hand, the Sentences commentators want to grasp an « extraordinary » celestial influence, that of some celestial bodies, whose existence is postulated by the theologians. They seek to know if the Empyrean Heaven, the last sphere of the universe where the Blessed will live, act on terrestrial bodies. They strive to understand if, after the Last Judgement, the stars and the planets, whose motion will cease and whose light will grow, will still produce phenomena on our inferior world. Our study pursues a double goal: first, it aims to analyze the two notions, that of the influence of the astronomical heavens and that of the influence of the theological heavens; then, it aims to understand how these two notions are articulated. Is the problem of the causality of « abnormal » superior bodies solved according to the conception of the « ordinary » celestial causality at a given period? Or conversely is this theory able to evolve so that it may include the borderline cases of the Empyrean Heaven and the Post-Apocalyptic heavens? This questioning will enable us to tackle the complex issue of the relationship between theology and physics, between faith and science.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.