Modélisation et prospective de la demande de mobilité

par Hugo Bois

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Alain Ayong Le Kama.

Le président du jury était Lionel Ragot.

Le jury était composé de Alain Ayong Le Kama, Lionel Ragot, Stéphanie Souche, Yannick Perez, Yves Crozet, Robert Thai.

Les rapporteurs étaient Stéphanie Souche, Yannick Perez.


  • Résumé

    Aujourd'hui, essentiellement dans les pays développés, nous passons de la propriété à l’usage et donc du transport à la mobilité. La mobilité est au cœur de la vie des gens et la structure ; elle est source d’externalités positives (activité économique, gain de temps, accessibilité géographique) mais aussi négatives concernant l’environnement (pollutions locales, gaz à effet de serre), le social (inégalités face à la mobilité) et l’économie (perte de temps dans les embouteillages). Il convient alors de s’intéresser aux conséquences sur les attentes des individus, des politiques publiques permettant de réduire ces externalités négatives.Cette thèse, financée par le Groupe PSA, vise à étudier la demande de mobilité à travers la construction des préférences modales. A cette fin, le Processus d’Analyse Hiérarchique est utilisé pour analyser l’importance des attributs caractérisant les modes de transport et les perceptions de ces attributs pour chaque mode de transport. Un traitement économétrique est alors réalisé concernant les attitudes et les perceptions et différents modèles sont comparés entre eux avec et sans contraintes d’accessibilité. Enfin, une taxe carbone est introduite dans notre modèle à travers un choc de perceptions à court terme pour analyser les changements de préférences modales. Un nouveau moyen de transport est également introduit. La combinaison de ces deux éléments est ensuite analysée sous l’angle des parts modales et des émissions de CO2. Le cadre d’analyse ainsi construit permet de simuler des changements à plus long terme. En d’autres termes, il permet de modéliser l’impact de scénarios prospectifs sur les préférences modales. Ce modèle a été délivré au Groupe PSA afin de lui permettre d’affiner la construction de ses scénarios prospectifs ainsi que leurs connaissances sur la demande de mobilité.Les résultats principaux sont qu’il faut introduire une taxe carbone suffisamment élevée pour impacter significativement et positivement la baisse des émissions de gaz à effet de serre provenant des déplacements. Parallèlement, un nouveau mode de transport situé entre le vélo et le véhicule électrique implique une augmentation de la satisfaction des individus. En conclusion, si l’objectif est et de réduire les émissions de CO2 dues au transport tout en maximisant la satisfaction des individus, notre modèle nous dit qu’une taxe carbone assez élevée incite à l’innovation et permet donc de faire émerger de nouveaux moyens de transports plus propres et mieux adaptés aux différentes attentes des individus.

  • Titre traduit

    Mobility demand modeling and foresighting


  • Résumé

    Today, mostly in developed countries, we are moving from ownership to usership and therefore from transport to mobility. Mobility is at the heart of people's lives and structure; it is also a source of positive externalities (economic activity, time saving, geographical accessibility) but also negative about the environment (local pollution, greenhouse gases), the social (mobility inequalities) and the economy (loss of time in congestion). It is therefore necessary to analyse the impact on public expectations of public policies aimed at reducing negative externalities.This thesis is financed by PSA Group and aims to study the mobility demand through the construction of modal preferences. In this aim, the Analytic Hierarchy Process is used to analyze the importance of the attributes characterizing transportation modes and the perceptions of these attributes for each transportation modes. An econometric treatment is then carried out concerning attitudes and perceptions and different models are compared with and without accessibility constraints. Finally, a carbon tax is introduced into our model through a shock of short-term perceptions to analyze changes in modal preferences. A new transportation mode is also introduced. The combination of these two elements is then analyzed in terms of modal shares and CO2 emissions. The analytic framework constructed allow us to simulate changes in a longer term. In other words, it allows to model the impact of prospective scenarios on modal preferences. This model was delivered to the PSA Group to refine the construction of its prospective scenarios as well as their knowledge about mobility demand.The main result are the followings. A carbon tax which is high enough must be introduced to have a significant and positive impact on the greenhouse gas emissions reduction from travel. At the same time, a new transportation mode defined between the bicycle and the small electric vehicle implies an increase in satisfaction of individuals. To be brief, if the objective is to reduce CO2 emissions from transports while maximizing the satisfaction of individuals, our model tells us that a relatively high carbon tax stimulate innovation and thus allows new transportation modes to emerge that are cleaner and better fitted to individuals expectations.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.