La promesse du durable : situations de conception architecturale en Inde

par Derya Ozel

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Gilles Tarabout et de Sophie Houdart.

Le président du jury était Antoine Hennion.

Le jury était composé de Gilles Tarabout, Sophie Houdart, Antoine Hennion, Mathieu Claveyrolas, Sophie Brones, Alessia de Biase.

Les rapporteurs étaient Antoine Hennion, Mathieu Claveyrolas.


  • Résumé

    Ce travail porte sur la conception du « durable » dans le milieu de l'architecture en Inde. Il s'appuie, notamment, sur deux séjours effectués en 2011 et en 2012, dans une agence d'architecture dans la ville d'Ahmedabad (dans l’État du Gujarat) et dans un bureau d'études dans la ville de Bombay (dans l’État du Maharashtra). L'arrivée des labels sur le marché de l'immobilier et de la construction permet de mettre au goût du jour l'idée de « durabilité » dans la conception architecturale et de raviver un débat typiquement local. La polémique concerne, plus précisément, la mise en œuvre des labels « LEED » d'origine nord-américaine. Ce « durable » « occidental » et procédural, qui sert des logiques économique et de marketing, ne représente pas, selon les architectes, l'« authentique ». Or, l'Inde est le pays, par excellence, du « durable » : il suffit de regarder autour de soi les modes de vie, la culture indienne, ou évidemment, l'architecture « traditionnelle » et « vernaculaire ». Au delà de cette rhétorique entre tradition et modernité, en suivant dans les petits détails des projets d'architecture en train de se faire, l'enquête ethnographique montre les similarités entre ces deux lieux de conception. Le devenir du « durable » est lié, d'une manière ou d'une autre, à l'idée d'engagement et de conviction. L'idéal de « durabilité » ne repose pas tant sur une certitude (qui demeure pour le reste toujours plus ou moins relative selon les acteurs), mais sur le quotidien et les pratiques qui tendent à le faire vivre et à lui donner corps le plus possible.

  • Titre traduit

    The promise of sustainability : situations of architectural design in India


  • Résumé

    This work explores the making of sustainability in the field of architecture in India. It is based on two ethnographical studies made in 2011 and 2012, in an architectural studio in the city of Ahmedabad (in the State of Gujarat) and in an consultancy firm in the city of Bombay (in the State of Maharashtra). The arrival of labels on the real estate and construction markets makes it possible to date the idea of sustainability in architectural design and rekindle a typical local debate. The controversy more specifically concerns the implementation of LEED certifications of American origin. This “Western” and procedural sustainability, which serves economic and marketing logics, does not represent, according to the architects, the “authentic” one. But then, India is said to be, par excellence, the country of sustainability: just look the lifestyles, Indian culture, or of course, the “traditional” and “vernacular” architecture. Beyond the rhetoric between tradition and modernity, the ethnographic investigation follows the small details of architectural projects in the making and shows the similarities between the studio and the consultancy firm. The fate of sustainability is related, in one way or another, to ideas of commitment and conviction. The ideal of sustainability is not lying so much on a certainty (which still more or less depends on the actors), but on the daily life and on the practices that tend to give it life and the most substance possible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.