La fabrique médiatique de l'événement au XIXe siècle : Jules Vallès, écrire et faire l'histoire (1857-1870)

par Celine Léger

Thèse de doctorat en Littérature française du XIXe siècle

Sous la direction de Jean-Marie Roulin et de Corinne Perrin-Saminadayar.

Soutenue le 12-10-2017

à Lyon , dans le cadre de École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) , en partenariat avec Institut d'Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (laboratoire) et de Université Jean Monnet (Saint-Étienne) (Etablissement opérateur d'inscription) .


  • Résumé

    L’œuvre de Jules Vallès s’inscrit de manière exemplaire au confluent de l’histoire, de la presse et de la littérature. Elle entretient une proximité étroite avec les bouleversements de son temps. Elle apparaît donc comme un point d’optique idéal pour analyser l’écriture de l’événement. Or, en dehors de la Commune, l’événement en tant que tel reste un impensé dans la critique vallésienne. Entre 1857 et 1870, c’est-à-dire sous le Second Empire, qu’est-ce qu’un événement au sens fort du terme pour Vallès ? Bien au-delà des grandes dates communément admises, en quoi sa vision de ce qui fait ou ne fait pas événement le conduit à reconfigurer l’histoire de son époque ? Dans une optique assumée de démystification, le « grand événement » et le « fait notable » sont d’abord envisagés comme des artefacts culturels, repoussés mais aussi en partie reproduits par l’écriture vallésienne. Pourtant, loin de n’être qu’une construction artificielle – un leurre historique, littéraire et/ou médiatique – l’événement peut être un bouleversement effectif et concret. Il se définit alors par un impact destructeur, sa force créatrice au cœur du quotidien ou encore une virulence féconde qui serait l’apanage du langage. Ainsi, Vallès interroge l’ambiguïté qui caractérise la violence de son temps, selon que ses contemporains la subissent, y réagissent ou la réinvestissent par des moyens verbaux et artistiques. Mais les événements s’avèrent plus encore un outil métonymique au service d’une méthode heuristique qui explore avec efficacité l’histoire du XIXe siècle. (Re)vécus personnellement, ils structurent un autoportrait de l’écrivain-journaliste en clair-obscur. Ils permettent au reporter de témoigner sur le présent auprès du lecteur, résolument engagé dans les expériences restituées. Enfin, ils révèlent par induction une société difficile et injuste : se construit une histoire militante, qui déplace et subvertit les hiérarchies courantes, explique et remet en question les structures admises.

  • Titre traduit

    The media construction of the event during the 19th century : Jules Vallès, writing and making history (1857-1870)


  • Résumé

    The work of Jules Vallès falls within the confluence of history, literature and the media in an exemplary way. It sustains a narrow proximity to the upheavals of its time. It thus appears to present an ideal outlook from which to analyse the way of writing the event. Yet, apart from the Paris Commune, the event as such has been overlooked by Vallesian critics. Between 1857 and 1870, that is to say during the Second French Empire, what exactly constitutes an event in the fullest sense of the word for Vallès? Far beyond the historical dates generally deemed important, how does his vision of what makes or does not make an event lead him to reshape the history of his time?Assuming a deliberate perspective of demystification, the “major event” and the “notable factˮ are firstly considered cultural artefacts, both repudiated but also partly reproduced by Vallesian writing. And yet, far from being only an artificial construction – a historical, literary and/or media illusion – the event can be a real and concrete upheaval. Therefore, it can be defined by a destructive impact, its creative strength at the heart of everyday life, or by a fruitful virulence which would be the prerogative of language. Vallès, thus questions the ambiguity that characterizes the violence of his time, depending on whether his contemporaries react against it or reinvest it through verbal or artistic means. But the events turn out to be even more a metonymic tool serving a heuristic method that explores the history of the 19th century. Personally (re)lived, they structure a self-portrait of the writer-journalist in chiaroscuro. They thereby enable the reporter to testify on present events to the reader, resolutely committed to the experiences related. Finally, by induction they reveal a difficult and unfair society: thereby a militant history takes shape, shifting and subverting the common hierarchies, and explaining and reassessing the accepted structures.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Jean Monnet. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.