Production et diffusion des amphores tardo-puniques en Méditerranée occidentale : l’apport des contextes de la Gaule méridionale

par Max Luaces

Thèse de doctorat en Archéologie

Sous la direction de Pascal Arnaud et de Darío Bernal.

Soutenue le 02-11-2017

à Lyon en cotutelle avec l'Universidad de Cádiz , dans le cadre de École doctorale Sciences sociales (Lyon) , en partenariat avec Histoire et Sources des mondes antiques (Lyon) (équipe de recherche) , Université Lumière (Lyon) (établissement opérateur d'inscription) et de Histoire et Sources des Mondes antiques / HiSoMA (laboratoire) .

Le président du jury était Fanette Laubenheimer.

Le jury était composé de Philippe Boissinot, Enrique García Vargas, Michel Bonifay, Corinne Sanchez.


  • Résumé

    Bien qu’elles aient été isolées il y a plusieurs décennies, certaines formes d’amphores « puniques » restaient difficiles à appréhender en raison de leur fabrication au cours de la période romaine. Plusieurs découvertes récentes ont permis d’identifier la production de certains de ces conteneurs au sein de l’espace du détroit de Gibraltar, après la seconde Guerre Punique (218-202 av. J.-C.). Face à l’importance et à la cohérence de la documentation concernant ces amphores, l’archéologie espagnole les a rassemblé dans un même groupe, celui des « amphores tardo-puniques ». Pour l’heure, cinq classes de conteneurs composent ce groupe, du fait de leurs chronologies commune et d’une mixité des traits typo-morphologiques commune, entre les traditions phéniciennes du détroit, puniques et romaines. La considération conjointe de ces types a été corroborée par une très large documentation, l’étude de ces amphores tardo-puniques représentant un nouvel axe de recherche. Néanmoins, de nombreuses interrogations persistaient sur ce mobilier malgré ces premiers ces progrès. D’une part, l’extension réelle de la production de ces conteneurs, de même que les modalités de leur fabrication au sein du détroit – entre la Maurétanie et l’Ibérie – restaient mal définies. D’autre part, les conditions et l’amplitude de leur distribution en dehors de la région du détroit représentaient des aspects particulièrement mal connus. Notre recherche entend constituer un large corpus de données archéologiques et historiques afin de tenter d’aborder ces questionnements. Pour y parvenir, un état de la question a été réalisé via le regroupement de la documentation des contextes de fabrication connus et supposés. Ensuite, une étude de plusieurs gisements sous-marins, en majorité inédits, a été réalisée afin de pouvoir observer les conditions de la circulation maritime de ces emballages. Enfin, leur place dans les réseaux d’échanges romains a été examinée via l’étude de plusieurs sites de consommation. L’analyse approfondie de ces informations, via un cadre analytique pluridisciplinaire, a conduit à réévaluer l’importance de ces conteneurs tardo-puniques dans les réseaux d’échanges tardo-républicains, un phénomène qui est également distinctement associé à l’intégration des élites du détroit de Gibraltar dans la « société » romaine.

  • Titre traduit

    Production and dissemination of the Late-Punic amphorae in the western Mediterranean Sea : the contribution of the contexts from southern Gaul


  • Résumé

    Although they were isolated for several decades, some forms of "Punic" amphorae remain difficult to handle, mostly because of their manufacturing during the Roman period. Several recent discoveries allowed to identify the production of some of these containers within the space of the Strait of Gibraltar, in the continuation of the second Punic War (218-202 BC). Given the importance and consistency of their documentation, the Spanish archaeology gathered these ancient packages in the group of the "Late-Punic amphorae". For the moment, five types compose this group. They share several characteristics, between their chronologies and their morphological features mixing Phoenician, Punic and Roman traditions. The joint consideration of these types has recently been, confirmed, the study of the Late-Punic amphorae becoming a new area of research. Nevertheless, many questions persisted in spite of huge progress. On one hand, the real extension of the production of these containers, as well as the modalities of their manufacturing within the area of the Strait, could not be defined. On the other hand, the conditions and the range of their commercial diffusion out of the Iberian Peninsula was still uncertain.Our research intends to deal with these questions thanks to a wide corpus of archaeological and historical data. The first stage of our study concerned the consolidation of the documentation from the manufacturing contexts associated with the Late-Punic containers. Then, a study of several underwater deposits, most of them largely unpublished, is realized in order to observe their maritime traffic. Their place in the trade patterns of the Late Republican era is criticized by examining their presence in several consumption sites. The analysis of all these data led to reevaluate the commercial success of these Late-Punic containers, whereas their diffusion was clearly connected with the integration of the local elites from the Strait of Gibraltar in the Roman society.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Lumière (Bron). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.