La notion de progrès à travers une distinction entre éthique et morale

par Stéphane Roume

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Pierre Garello et de Jean-Pierre Centi.

Le président du jury était Carlo Lottieri.

Les rapporteurs étaient Marian Eabrasu, Bertrand Lemennicier-Bucquet.


  • Résumé

    Toute économie ainsi que toute science a pour mission d’atteindre un certain progrès dans son domaine. Or si nous pouvons tous être d’accord sur ce point, nous ne partageons pas forcément la même définition du progrès. Pour élucider cette divergence de compréhension, nous avons pris le parti d’adhérer à une distinction entre éthique et morale : là où tout ordre moral consiste à ordonner les éléments d’un cadre déterminé pour une fin donnée, une posture éthique consiste à adopter et à adapter un principe faisant autorité pour découvrir un environnement alors inconnu. Nous avançons alors que le domaine de l’économie ainsi que toute idée de progrès ne peuvent être rattachés qu’à un ordre moral et non à une posture éthique. Pour illustrer ces propos, nous menons une réflexion sur la question de l’identité, notion certes vide et idéologique mais qui permet tout de même, couplée avec la distinction entre éthique et morale, de nous concentrer notamment sur les notions d’Etat, de personne ou encore de pouvoir. Ces réflexions nous éclairent sur certains fondements de l’économie et sur la philosophie utilitariste, philosophie avant tout liée au langage et de ce fait à la notion d’identité une fois encore ; utilitarisme et économie seraient en un sens déterministes, nous permettant d’accéder à un bonheur identifiable et vers lequel nous pourrions progresser. Ainsi nous avançons que le progrès ne peut qu’être conçu à partir d’un ordre moral et qu’il faille plutôt rechercher un certain équilibre pour que la dimension éthique puisse être elle aussi cultivée, au même titre que la catallaxie puisse être encouragée au côté de l’économie.

  • Titre traduit

    The notion of progress through a distinction between ethics and morals


  • Résumé

    Every economics or science has to reach some progress in its field. But, if we can agree on this point, we do not necessarily share the same definition of progress. To clarify this divergence of understanding, we have chosen to distinguish between ethics and morals: if a moral order permits to order elements in a determined frame for a specific goal, an ethical posture means to adopt and to adapt an authoritative principle for the discovery of an unknown environment. We advance that the economic field and the idea of progress can only be associated with a moral order and not with an ethical posture. To illustrate that, we conduct a reflection about identity, which is an empty and ideological notion but which allows us, along the distinction between ethics and morals, to focus especially on notions like State, person or power. These reflections can enlighten us about some foundations of economics and utilitarianism which is a philosophy deeply related to language and then with the notion of identity once again; utilitarianism and economics are in a certain way playing a defining role, allowing us to reach a well-being which we can identify and to which we can progress. Thereby, we are advancing that the progress can only be conceived from a moral order and that we should search a kind of equilibrium to let the ethical dimension be cultivated, as well as to encourage catallaxy outre economics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.