Puissance, hubris et marginalité : ethnographie de la zone urbaine de Pointe à Pitre en Guadeloupe

par Noé Grenier

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Francis Affergan.

Soutenue le 28-11-2016

à Sorbonne Paris Cité , dans le cadre de École doctorale Sciences humaines et sociales : cultures, individus, sociétés (Paris ; 1994-2019) , en partenariat avec Université Paris Descartes (1970-2019) (établissement de préparation) et de Centre d'anthropologie culturelle / CANTHEL - EA 4545 (laboratoire) .

Le président du jury était Erwan Dianteill.

Le jury était composé de Francis Affergan, Erwan Dianteill, Anne Raulin, Elisabeth Cunin.

Les rapporteurs étaient Anne Raulin, Elisabeth Cunin.


  • Résumé

    Cette recherche se base sur une ethnographie des bandes de jeunes dans les zones urbaines marginalisées en Guadeloupe. Héritiers d'une histoire politique caractérisée par l'esclavage, la colonisation et la dépendance, confrontés à la stigmatisation, la violence, le chômage, le désœuvrement, la drogue et la misère, ces jeunes ont néanmoins produit un univers culturel qui leur est propre. Dans cette thèse, je m'interroge sur les conceptions du pouvoir et du politique parmi ces jeunes dans un contexte social et politique oppressant afin de comprendre comment des pratiques quotidiennes de rébellion et de transgression s'articulent avec une désertion du politique tout en prévenant l'émergence de toute action collective qui remettrait en question les rapports de pouvoir en Guadeloupe. Du fait de la désertion du politique, ces conceptions se révèlent de façon diffuse dans la culture des jeunes des zones urbaines marginalisées. Cette thèse est donc avant tout une exploration des différentes facettes de la vie quotidienne de ces jeunes : la rue, la danse, la musique, l'économie informelle, la sexualité, la violence. L'univers culturel des jeunes des faubourgs est travaillé par deux dynamiques : la marginalité et la quête de puissance. La marginalité émerge d'un rapport complexe avec la société guadeloupéenne, marqué par la transgression, l'évitement et l'interdépendance. La quête de puissance est à la fois un mode d'interaction avec les pairs qui se substitue aux rapports de pouvoir et un principe structurant les représentations du monde auquel les jeunes des quartiers marginalisés ont recours, tant pour expliquer le monde contemporain que pour ériger des valeurs compensatoires, eut-égard à leur situation sociale. Puissance et marginalité sont deux dynamiques qui se déclinent sur le mode de l'hubris : un refus fondamental de sa propre incomplétude qui se traduit par une passion violente pour la démesure et l'exubérance. Dans les zones urbaines marginalisées, l'hubris se réfère aussi bien au refus de la misère qu'au poids du legs esclavagiste, réactualisé par une situation sociale d'une extrême précarité.

  • Titre traduit

    Power, hubris and marginality : ethnography of urban areas of Pointe-à-Pitre in Guadeloupe


  • Résumé

    This research is based upon a fieldwork amongst young people in marginalized urban areas in Guadeloupe. Inheriting the political history of slavery, colonization and subsequent dependency, whilst also confronted with stigmatization, violence, unemployment, aimlessness, drugs and poverty, these young people have, nonetheless, established their own culture. In this thesis, I study the conceptions they have about power and politics in an oppressive social context, to understand how daily practices of rebellion and transgression link up with a desertion of politics while preventing any collective action able to question the power relationships in Guadeloupe. Due to the desertion of politics, these conceptions reveal themselves in the culture of young people living in marginalized urban areas. Subsequently, this thesis is an exploration of the daily lives of these young people: street life, dance, music, informal economy, sexuality and violence. The culture of young people in marginalized urban areas is influenced by two dynamics: marginality and the search for power. Marginality comes up from a complex relationship with Guadeloupean society, characterized by transgression, avoidance and interdependence. The search for power is both a way to interact with others and a principle structuring the world representation that young people use to understand the contemporary era and to create compensating values. Marginality and Power are two dynamics that proceed according to hubris: a refusal of one's own weakness which is expressed by a violent passion for excessiveness and outrageousness. In marginalized urban areas, hubris refers to the refusal of both poverty and the inheritance of slavery.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque électronique. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.