La critique artiste des lieux culturels en France : 1967-1977

par Frédéric Herbin

Thèse de doctorat en Histoire de l'Art

Sous la direction de Éric de Chassey.

Le président du jury était Laurence Bertrand-Dorléac.

Le jury était composé de Cécile Boulaire.

Les rapporteurs étaient Richard Leeman.


  • Résumé

    Prenant comme bornes chronologiques les grandes mutations que connait le paysage institutionnel français, ce travail analyse comment les lieux culturels deviennent un terrain d'action critique pour les artistes. La première partie montre qu'avec l'indexation de l'oeuvre sur le contexte les pratiques in situ sont l'aboutissement de la logique d'ancrage dans la société que les courants artistiques des années 1960 promeuvent. En proposant une généalogie de ces pratiques à partir des oeuvres de Jean-Michel Sanejouant, Mark Brusse et Daniel Buren, l'auteur défend l'idée qu'elles constituent un préalable nécessaire à la mise en cause des lieux culturels. La seconde partie engage une discussion des catégories établies par l'historiographie - majoritairement anglo-saxonne. Si les récits développés au sujet des notions "Site specificity" et d'"Institutional critique" informent la reflexion, il est proposé en retour de les réviser à l'aune du cas français, notamment de l'oeuvre d'André Cadere. La troisième partie aborde les rapports que les pratiques artistiques critiques entretiennent avec les mouvements contestataires : après les soulèvements de 1968, les lieux culturels deviennent de véritables espaces de protestation. En s'intéressant à une série d'évènements significatifs, tels que les Biennales de Paris de 1969 et 1971, l'exposition "72-72" ou l'ouverture du Centre Georges Pompidou, l'auteur explore les multiples positions et modes d'action critiques qui s'invitent sur le terrain des lieux culturels : vision réformatrice, activisme, pratiques artistiques critiques. Ce travail constitue ainsi une investigation sur les rapports entre mouvements sociaux et critique artiste dans la France des années 1960-1970

  • Titre traduit

    The artistic critique of "cultural sites" in France : 1967-1977


  • Résumé

    Taking as chronological markers the major changes that the French institutional landscape experiences, this work analyzes how cultural places become a field of critical action for artists. The first part shows that with the indexing of the work on the context in situ practices are the result of the logic of anchoring in society that 1960s artistic movements promote. By providing a genealogy of these practices from the works of Jean-Michel Sanejouand, Mark Brusse and Daniel Buren, the auhor argues that they are a necessary prerequisite for the questioning of cultural venues. The second part undertakes a discussion of the categories established by the historiography - mainly Anglo-Saxon. If the stories developed about the concept "Site specificity" and "Institutional critique" inform the discussion, it was proposed in return for review in the light of the French case, especially the work of André Cadere. The third part discusses the reports that the critical artistic practices have with the protest movements : after the uprisings of 1968, cultural veneus become real protest sites. By focusing on a series of significant events such as the Paris Biennials of 1969 and 1971, the "72-72" exhibition or opening of thez Pompidou Centre, the author explores the multiple positions and modes of critical action that invite in the field of cultural venues : reforming vision, activism, critical artistic practices. This work is thus an investigation on the relationship between social movements and artist critic in France from 1960-1970

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Tours. Service commun de la documentation. Bibliothèque de ressources en ligne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.