Extraterritorialidad, poesía migratoria, Jorge Boccanera, Fabio Morábito y Eduardo Chirinos

par Octavio Pineda Domínguez

Thèse de doctorat en Études ibéro-américaines

Sous la direction de Modesta Suárez et de Pere Ballart.

Le président du jury était Dante Barrientos Tecún.

Le jury était composé de Modesta Suárez, Pere Ballart, Axel Gasquet, Jordi Julià, Mercedes Serna Arnaiz.

Les rapporteurs étaient Dante Barrientos Tecún, Axel Gasquet.

  • Titre traduit

    Extraterritorialité, poésie migratoire, Jorge Boccanera, Fabio Morábito et Eduardo Chirinos


  • Résumé

    Les œuvres des “poètes migratoires” génèrent un certain nombre de questions. La poésie, est-elle le genre littéraire adapté pour exhiber l’éloignement ? Et dans ce cas, est-il possible de déceler les marques expressives qui caractérisent la poésie des expatriés ? Notre recherche s’intéresse à la relation entre l’écriture poétique et l’étrangéité, à partir de l’analyse des œuvres de trois poètes latino-américains expatriés. Jorge Bocanera (1952), Argentin exilé au Mexique et installé des années plus tard au Costa Rica ; Fabio Morabito (1955) Italo-mexicain qui écrit en espagnol, langue qu’il adopte après son arrivée au Mexique ; et le Péruvien Eduardo Chirinos (1960-2016), “exilé” circonstanciel aux USA pour des raisons professionnelles. La poésie de ces migrants approfondit la visión d’un éparpillement existentiel, qui se ressent dans une identification désorientée, au-delà même de l’identité nationale. Leur “poésie migratoire” est habitée par cette “expatriation”, faisant du mot un foyer en mouvement, un rejet voire une intégration. Grace à des marques spatio-temporelles, à des références thématiques au bestiaire et à l’enfance, en plus des reflets de la rhétorique, le texte poétique est capable d’évoquer le voyage et de devenir voyage lui-même.

  • Titre traduit

    Extraterritoriality, migratory poetry, Jorge Boccanera, Fabio Morábito and Eduardo Chirinos


  • Résumé

    Building on the poetic works of the migrant poet questions arise. Is poetry the appropriate genre to exhibit displacement? In which case, is it possible to identify the expressive traits to define the poetry of displaced poets? Our research is focusing on the relation between the poetic writing and foreignness, through the analysis of the works of three Latin American displaced poets: Jorge Boccanera (1952), Argentine exiled in Mexico and abroad, and years later in Costa Rica; Fabio Morábito (1955), Italo-Mexican who writes in Spanish, a language which was adopted after settling in Mexico; and the Peruvian Eduardo Chirinos (1960-2016), circumstantial exiled in the United States, where he moved due to academic and professional reasons. The poetry of these migrants deepens into an existential dispersion, which has impacts on a disorientated identification, beyond national identity. Their «migratory poetry» transits through foreignness, turning the word into a moving home, into rejection, or even into integration. By means of temporary space traits, thematic references to the bestiary and to childhood, and reflections of the rhetoric, the poetic text is able to evoke the travel and also able to be a travel itself.


  • Résumé

    A partir de la obra del poeta migrante surgen distintas preguntas. ¿Es la poesía el género adecuado para exhibir el distanciamiento? En cuyo caso, ¿se pueden detectar marcas expresivas que definan la poesía de los desplazados? Nuestra investigación se interesa por la relación entre la escritura poética y la extranjería, a través del análisis de la obra de tres poetas latinoamericanos desplazados: Jorge Boccanera (1952), argentino exiliado en México y extranjero, años después, en Costa Rica; Fabio Morábito (1955), italomexicano que escribe en español, una lengua adoptada tras su arribo a México; y el peruano Eduardo Chirinos (1960-2016), exiliado circunstancial en EEUU, donde se traslada por motivos académicos y laborales. La poesía de estos migrantes profundiza en una dispersión existencial, que repercute en una identificación desubicada, más allá de la identidad nacional. Su «poesía migratoria» transita la extranjería, convirtiendo la palabra en hogar en movimiento, en rechazo, o incluso en integración. Por medio de marcas espaciotemporales, referencias temáticas al bestiario y a la infancia, y reflejos de la retórica, el texto poético es capaz de evocar el viaje y ser viaje.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Extraterritorialidad, poesía migratoria, Jorge Boccanera, Fabio Morábito y Eduardo Chirinos


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Extraterritorialidad, poesía migratoria, Jorge Boccanera, Fabio Morábito y Eduardo Chirinos
  • Détails : 2 vol. (641 p., 36 f.)
  • Notes : Thèse soutenue en co-tutelle.
  • Annexes : Bibliogr. p. 591-618
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.