Les Sentiers qui bifurquent : hasard, combinatoire et divination dans le roman expérimental des années 1960 : (I. Calvino, J. Cortázar, Ph. K. Dick, M. Saporta)

par Sébastien Wit

Thèse de doctorat en Littératures comparées

Sous la direction de William Marx.

Le président du jury était Françoise Lavocat.

Le jury était composé de William Marx, Françoise Lavocat, Raphaël Baroni, Isabelle Krzywkowski, Anne Tomiche.

Les rapporteurs étaient Françoise Lavocat, Raphaël Baroni.


  • Résumé

    Composition no 1 de Marc Saporta, Marelle de Julio Cortázar, Le Château des destins croisés d'Italo Calvino et Le Maître du Haut Château de Philip K. Dick. Écrits entre 1962 et 1973, ces quatre romans ont pour point commun l'usage qu'il font de la tradition divinatoire. Dans les trois premiers, la forme romanesque se délite en adoptant la forme des tarots. Quant au dernier roman cité, il fonde son écriture sur des consultations du Yi King, l'oracle de la tradition chinoise. Tant sur le plan politique que littéraire, le moment des années 1960 coïncidence avec une remise en cause radicale de l'autorité. Précédant la mort de l'auteur prophétisée par Barthes, des artistes s'emparent du hasard afin d'affranchir la création de tout arbitraire auctorial. Cette thèse envisage la manière dont les quatre romanciers du corpus exploitent les théories jungiennes (synchronicité, archétypes, etc.) afin de reconsidérer les rôles de l'auteur et du lecteur. En déconstruisant les formes de la linéarité romanesque, ces romans proposent une littérature expérimentale faisant fi des structures usuelles du genre. Entre poétique ludique et mysticisme, l'usage du hasard divinatoire transforme les œuvres en complexes hypertextuels. Mettant au cœur de leur poétique le sujet interprétant, ces romans donnent l'occasion d'interroger les modalités cognitives de l'interaction littéraire ; ce faisant, ils permettent d'appréhender de façon privilégiée les relations transmédiatiques entre littérature et écriture numérique.

  • Titre traduit

    Forking Paths : randomness, combinatory and divination in the experimental novel of the 1960's : (I. Calvino, J. Cortázar, Ph. K. Dick, M. Saporta)


  • Résumé

    Marc Saporta's Composition no 1, Julio Cortázar's Hopscotch, Italo Calvino's Castle of Crossed Destinies, and Philip K. Dick's Man in the High Castle. Written between 1962 and 1973, these four novels have as common denominator their use of oracular traditions. In the first three literary works, the novel form is broken by becoming one with tarot cards. In the last novel mentioned, the Chinese oracle – the I Ching – is the source of the writing process. In both political and literary fields, the 1960's consist in a radical questioning of authority. Prior to Barthes' prophecy of the Death of the Author, artists make use of chance and randomness in order to liberate creation from the arbitrary power of the author. This thesis studies the way the four aforementioned writers try to reconsider the dynamics between reader and writer by using the Jungian theories (synchronicity, archetypes, etc.). By deconstructing the linearity of the novel form, the four books are representative of an experimental literature which shows disregard to genre conventions. Between ludic poetic and mysticism, the novels are made hypertextual by oracular randomness. Focusing on the interpreting reader, the novels investigate the modalities of literary interaction ; this way, they are key materials in understanding the transmedia relations between literature and digital literacy.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.