Genèse d’un système global surf : regards comparés des Hawai‘i à la Californie : traditions, villes, tourismes, et subcultures (1778–2016)

par Jérémy Lemarié

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Anne Raulin et de Jonathan Friedman.


  • Résumé

    En traitant de l’histoire coloniale des Hawai‘i et de la Californie à partir de 1778, cette thèse étudie de la transformation de la coutume hawaïenne he‘e nalu en un système surf mondial. L’analyse se demande s’il y a eu rupture ou continuité du surf hawaïen au XIXe siècle, et quelles ont été les modalités de sa diffusion en tant que système mondial surf au XXIe siècle. Pour répondre à ce problème, ce travail a retenu trois méthodes d’investigations : une analyse comparative des journaux de bords des voyageurs vers l’archipel des Hawai‘i avec la presse hawaïenne au XIXe siècle ; la conduite de cinquante entretiens semi-directifs, pour saisir les enjeux de l’appropriation californienne du surf après 1945 ; et une observation participante multi-site de trente mois aux Hawai‘i et en Californie, entre 2009 et 2016, afin de dégager les modalités contemporaines de l’historicisation du surf. Au final, trois conclusions principales ont été dégagées à partir de ces données. D’abord, l’introduction des Hawai‘i dans le système monde au XIXe siècle a dynamisé la naissance d’une identité nationale autochtone, qui a réaffirmé les coutumes traditionnelles, comme le surf. Ensuite, avec l’avènement du tourisme balnéaire au XXe siècle, les Hawai‘i se sont imposés comme un modèle touristique, reposant sur la mise en scène et l’appropriation occidentale du surf. À cet égard, Waikīkī est un cas d’école, et son schéma de développement s’est reproduit en Californie, comme à Huntington Beach. Enfin, à partir des années 1950, le surf s’est exporté dans le monde grâce à l’émergence de sa subculture et de son sport professionnel, aux médias de masse, et à la démocratisation du tourisme balnéaire.

  • Titre traduit

    Genesis of a global surf system. A comparative study of Hawai‘i and California : a comparative study of Hawai‘i and California : traditions, cities, tourism, and subcultures (1778–2016)


  • Résumé

    Dealing with the colonial history of Hawai‘i and California from 1778, this dissertation focus on the transformation of the Hawaiian custom he‘e nalu into a global surf system. This analysis asks if there a break or a continuity of Hawaiian surfing in the 19th century, and what are the terms and conditions of its diffusion as a global surf system in the 21st century. Three investigating methods have been applied: an analysis of traveling literature in Hawai‘i, compared with a study of Hawaiian newspapers in the 19th century ; a recording of fifty semi-directed interviews to grasp issues related to appropriating surfing in California after 1945 ; and a multi-sited participant observation for thirty months in Hawai‘i and California, between 2009 and 2016, to found out about the contemporary historicization of surfing. Three main conclusions emerged from this data analysis. First, the introduction of Hawai‘i in the world system in the 19th century fostered the birth of a Hawaiian national identity, that reaffirmed traditional customs, such as surfing. Then, with the advent of seaside tourism in the 20th century, Hawai‘i became a touristic model, based on staging surfing and its appropriation by the West. To this regard, Waikīkī is a popular case study, and its development pattern has been reproduced in Californian cities, such as Huntington Beach. Eventually, from the 1950s, surfing has been exported to the world, thanks to the growth of its subculture and professional sport, mass media, and the democratization of seaside tourism.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation. Bibliothèque virtuelle.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.