L'adaptation universitaire des étudiants étrangers issus des pays non francophones : le cas des Iraniens

par Marjan Dejpour

Thèse de doctorat en Sciences de l'education

Sous la direction de Saeed Paivandi.

Soutenue le 02-12-2016

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Centre interdisciplinaire de recherche culture, éducation, formation, travail (équipe de recherche) .

Le président du jury était Catherine Agulhon.

Le jury était composé de Saeed Paivandi, Didier Gazagnadou.

Les rapporteurs étaient Farhad Khosrokhavar, Élisabeth Regnault.


  • Résumé

    La thèse se focalise sur le processus d’adaptation des étudiants iraniens en France en mettant en avant le rôle joué par la langue française dans la vie universitaire et dans les interactions sociales. L’adaptation universitaire implique une construction progressive et l’apprentissage d’une manière d’être étudiant et d’organiser ses activités d’études dans un environnement étranger. Celle-ci met également en jeu des savoirs culturels, linguistiques, universitaires, disciplinaires, méthodologiques. Les différences et les décalages entre la langue, la culture et le système éducatif du pays d’origine et ceux de la France rendent difficile la transition entre ces deux univers. Le rôle du français dans l’adaptation étant au coeur de la thèse, les choix et les parcours des étudiants iraniens semblent largement influencer par la manière d’apprendre le français en dehors du système éducatif. L’apprentissage tardif du français tend à transformer l’adaptation universitaire et sociale en France en une question épineuse. L’approche considère que l’adaptation se réalise dans des situations d’apprentissages, d’interactions, s'inscrivant dans la loi naturelle de l’évolution et de la construction des savoirs, de l’identité et de la position sociale. La transformation et l’éducation de l’étudiant étranger comme tout homme est donc un processus complexe entre le soi et la société qui se réalise par l’action intentionnelle du sujet ayant un parcours biographique singulier.La problématique de cette thèse porte sur la relation entre la qualité de l’apprentissage, c’est-à-dire le rapport à l’acte d’apprendre à l’université, et la mobilisation de la langue française dans le contexte universitaire et les interactions sociales. Ainsi, les conditions nécessaires à l’adaptation universitaire sont examinées en rapport avec l’usage du français dans l’accomplissement des différentes tâches d’apprentissage. C’est à la lumière des théories sur le « rapport au savoir », et l’approche de l’apprentissage à l’université que la thèse tente d’appréhender cette question. Chaque étudiant tend à développer une perspective d’apprentissage reflétant son engagement intellectuel et sa mobilisation dans le contexteSupprimé: Iraniens en région parisienneuniversitaire. Le problématique conçoit aussi apprendre en tant qu’acte situé dans un contexte pédagogique et au sein d’une matrice disciplinaire qui exercent une influence indéniable dans l’engagement et la mobilisation intellectuelle des étudiants.

  • Titre traduit

    Adaptation of foreign students from non-french speaking countries : the case of iranian


  • Résumé

    .../...

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.