D’Yves Saint Laurent (1936-2008) à YSL, l’invention d’un style

par Aelee Kim

Thèse de doctorat en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts

Sous la direction de Paul-Louis Rinuy.

Soutenue le 12-03-2016

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Arts des images et art contemporain (équipe de recherche) .

Le président du jury était Pascal Bonafoux.

Le jury était composé de Paul-Louis Rinuy.

Les rapporteurs étaient Pierre-Yves Balut, Philippe Sénéchal.


  • Résumé

    Yves Saint Laurent débute son métier dans la Haute couture, qu’il hisse au niveau d’un Art. Néanmoins, son style s’ouvre la voie du prêt-à-porter et s’impose à la rue. Sa double culture, né en Algérie avec toute sa carrière réalisée en France, l’amène à être ouvert sur le monde. Ainsi, il développe son concept de « voyage imaginaire » autour de la Chine, le Japon, la Russie, l’Amérique, l’Espagne, l’Inde, etc. A partir de sa culture originale et de ses influences dans le métier, telles que celles exercées par Christian Dior, Gabrielle Chanel ou Elsa Schiaparelli, il habille la femme d’une manière moderne, séduisante et d’une beauté contrastée : la féminité se teinte de masculin, classique dans la modernité, exotique dans le style occidental, dépouillée dans l’abondance, le chic casual. Très exotique, très abondant, très original mais aussi très moderne et attrayant. Tandis que tous ces éléments éclairent la façon d’Yves Saint Laurent, il nous vient une interrogation : quelle est la clé d’origine de son impact et de sa singularité ? A cette question, nous proposons l’hypothèse que la quintessence de son style réside dans la simplification, qui identifie parfaitement son œuvre et constitue la clé de toute sa création. Ensuite, nous déterminons la nature des liens entre cette simplification et son style, et le pourquoi de ces liens qui lui ont permis de maintenir sa place dans le domaine de la couture, malgré les évolutions industrielles.


  • Résumé

    The French designer Yves Saint Laurent start as a fashion stylist Haute couture and he redound to his fashion in Art level. However, his fashion is achieved his way to ready to wear and overpower the street fashion. His double culture, born in Algeria but all his career was realized in France, was taken him more advanced over to the wide world and he develop it in a concept of « imaginary travel » : around China, Japan, Russia, U.S.A, Spain, India, and so forth. From his original culture and his great role models, such as Christian Dior, Gabrielle Chanel and Elsa Schiaparelli, Yves Saint Laurent put on women in modern, glamorous looks and compared beauty: femininity in masculinity, classic in modern, exotic in western style, minimalist in glamour, and, casual in chic. Very exotic,very abundant, very original, however, equally very modern fascinating. While all these elements were reflecting his style, several questions come to mind: what is the essence key of his impact and his originality. To define these questions, we frame a hypothesis that the essence of the style Yves Saint Laurent is simplication. This simplication is perfectly identified in his work and compose every key of his creation. We determine also to unit the nature of link between his simplication and his style. And then, this link to what is enable to maintain his position in fashion, in spite of change of fashion industry evolution.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.