La violence extrême à l’épreuve du genre : les voix des auteures du Rwanda et du Guatemala

par Nathalie Narváez Bruneau

Thèse de doctorat en Langue, littérature et civilisation espagnoles

Sous la direction de Fátima Rodríguez.

Soutenue le 27-06-2016

à Brest , dans le cadre de École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) , en partenariat avec Héritages & constructions dans le texte et l’image (laboratoire) .


  • Résumé

    Cette recherche prend comme point de départ la lecture de textes émanant de deux aires socio-culturelles différentes : le Rwanda et le Guatemala. Issus de narrations de femmes, publiés à partir des années 1980, ils font acte de témoignage d’un événement : le génocide des Tutsis au Rwanda et les violences de masse au Guatemala.Les récits sont mis à l’épreuve du genre littéraire et du genre comme construction socio-culturelle.Le volume aborde, pour commencer, les aspects historico-esthétiques de la représentation littéraire des violences du XXe siècle en Europe et aux Amériques. Il reconstitue l’histoire et les enjeux de la problématique contemporaine du témoignage. Mais encore, à travers l’analyse des différentes éditions des témoignages de Rigoberta Menchú et de Yolande Mukagasana, les dualités communes vrai/faux, fiction/réalité sont questionnées au sein du régime discursif du témoignage.Prenant appui sur la conception dynamique de la lectureécriture 1 pour appréhender l’objet discursif – paratexte, texte et leurs instances symboliques – l’étude s’attache à dévoiler les mécanismes propres aux processus de signification au travers de possibles interprétations.1 Milagros Ezquerro, Leerescribir., México; Paris, Rilma 2!: ADEHL, 2008

  • Titre traduit

    Extreme violence through the prism of genre and gender : women’s voices from Rwanda and Guatemala


  • Résumé

    This study takes as its starting point the close reading of texts from two different socio-cultural areas: Rwanda and Guatemala. These female narratives published from the 1980s onwards bear witness to particular events: the Tutsi genocide in Rwanda and mass violence in Guatemala.Stories are examined through the prism of the literary genres of testimonio and témoignage, as well as through an understanding of gender as a socio-cultural construction.This research deals firstly with the historic and aesthetic aspects of literary representations of violence during the 20th century in Europe and the Americas. Itinvestigates the history of and contemporary concerns about ‘eye witness accounts’* ‘testimony’. Further, through the study and analysis of various editions of the testimonies of Rigoberta Menchú and Yolande Mukagasana, it questions the common dualities of true/false, fiction/reality in the discursive regime of the testimony. Based on the dynamic conception of readingwriting1 to comprehend the discursive object – paratext, text and their symbolic representations – this research aims to unveil the mechanisms at work in the signification process through various interpretations.1 Milagros Ezquerro, Leerescribir., México; Paris, Rilma 2: ADEHL, 2008.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne occidentale (Brest). Service commun de documentation Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.