Pédagogie du numérique en anglais L2 dans l'enseignement secondaire professionnel : reconstruire, remotiver, remédier

par Philippe Féréol

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Jean-Rémi Lapaire.

Le président du jury était Dominique Montagne-Macaire.

Le jury était composé de Jean-Rémi Lapaire, Wilfrid Rotgé, Jean-Louis Duchet.

Les rapporteurs étaient Wilfrid Rotgé, Jean-Louis Duchet.


  • Résumé

    Le 21ème siècle est considéré comme l’âge du numérique. Les TIC sont devenus des outils identitaires d’une génération désormais définie comme « native du numérique » (angl. digital natives). Equiper les établissements secondaires en matériels coûteux devient une nécessité pour faire face aux besoins nouveaux de la société. Les ressources numériques, qui ont complété puis évincé le manuel et ses périphériques traditionnels, demeurent un atout incontournable pour l’apprentissage d’une langue vivante étrangère, grâce à des contenus linguistiques et culturels le plus souvent authentiques, qui favorisent la mise en œuvre de l’approche actionnelle du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. On peut néanmoins s’interroger sur la capacité du sujet apprenant à traiter cet input directement extrait d’Internet. La plus-value pédagogique présumée, didactique et motivationnelle, qui associée à ces outils technologiques ne saurait être acceptée sans un questionnement sincère sur les capacités cognitives effectives des apprenants ainsi que sur la réalité de leur engagement. L’accordage entre le sujet apprenant, les méthodes et méthodologies d’enseignement-apprentissage des langues, ainsi que les dispositifs numériques doivent être explorés. Il est nécessaire aujourd’hui de se situer dans un paradigme cognitiviste ou encore connexioniste en envisageant une construction de l’information et l’exposition des apprenants à un environnement stimulant et riche. En effet, en dépit de l’attractivité, de la non-linéarité et de l’interactivité de l’hypermédia, il convient de vérifier que l’apprenant possède bien les ressources cognitives nécessaires pour traiter efficacement l’information issue de l’hypertexte. Car l’enjeu du traitement de l’information ne se situe pas simplement au niveau de l’extraction d’input mais bien de la construction sémantique au sein de la mémoire de travail. Notre réflexion théorique fait donc entrer en dialogue des disciplines telles que la linguistique, la psycholinguistique, la didactique, les sciences cognitives. Elle fait également un état des lieux des différents outils numériques, afin de vérifier la compatibilité entre l’enseignement-apprentissage des langues étrangères et la technologie. Notre posture d’enseignant de terrain nous amène à considérer le numérique comme un facteur de motivation engageant fortement les usagers dans l’apprentissage de la langue étrangère. Cela d’autant plus que le public participant à notre étude est généralement peu motivé pour l’apprentissage des langues étrangères. La mise à disposition à des fins pédagogiques de tablettes tactiles, assimilables à des consoles de jeu, est-elle susceptible de les impliquer davantage et de modifier leur représentation de la langue cible? Pour répondre à cette question, nous menons deux expérimentations. Dans un premier temps, nous réalisons un pré-test permettant d’élaborer des hypothèses sur l’engagement cognitif des apprenants dans un environnement numérique. Nous observons l’usage réel et situé de tablettes numériques censées susciter la motivation par leur caractère ludique. Nous examinons également la posture des apprenants et leur capacité à exploiter l’information. A ce stade, la démarche conserve un caractère intuitif et les pratiques observées ne sont pas strictement encadrées. C’est pourquoi, dans un deuxième temps, nous procédons à une expérimentation plus structurée, en meilleure adéquation avec les critères de la recherche-action en langues vivantes étrangères. Nous en détaillons et en analysons les résultats.

  • Titre traduit

    Digital learning in the EFL classroom in vocational secondary education : re-building skills, re-motivating learners and fostering remedial action


  • Résumé

    The 21st century is commonly known as the “digital age”. Information technology has become a defining component of a new generation of learners, the so-called “digital natives”. Massive investment in digital learning equipment for schools has become a priority to meet the rising demands of society. Digital technologies, initially intended to supplement traditional course book instruction are fast replacing printed books altogether. Instant access to (mostly) authentic language material is a definite asset for developing linguistic skills and implementing the action-based approach prescribed by the Common European Framework of Reference for Languages. However, learner ability does not necessarily match all requirements for processing input from the Internet. Educators who believe in the added value of information technology in language pedagogy should therefore consider more carefully the actual cognitive capacities and cognitive engagement shown by learners when exposed to rich stimulus. For digital devices to become efficient pedagogical tools in language pedagogy, learner ability, teaching strategies, and technological implements must be mutually adjusted and integrated within a consistent framework. Although hypermedia is attractive, non-linear and interactive, it is essential to verify that learners do possess the skills and efficiency to process the information obtained from hypertext documents. Information processing is indeed a major challenge since it involves not only searching and retrieving relevant pieces of information, but requires some cognitive processing—a semantic construction within working memory. The perspective adopted here is thus multidisciplinary, with multiple references to linguistics, education, psycholinguistics, and cognitive science. Also needed are an overview of the various digital devices available and an assessment of their true relevance to language pedagogy. As a professional EFL teacher working in a vocational school, I consider digital technologies to be precious in motivating and engaging learners. The secondary school students involved in the current research study usually show little concern for language learning in the first place. The practical issue can thus be framed as “How can the use of tablets engage them as learners and favourably alter their conceptions of the second language?” To answer this question, a pre-test is set up to form preliminary hypotheses on degrees of cognitive engagement in the language classroom whenever digital devices are put to pedagogical use. The concrete, situated use of tablets is observed, their playful nature and expected contribution to motivation assessed. Learning attitudes and the ability to process information are subject to close scrutiny. At this preliminary stage, methods remain largely intuitive, and the activities or learning processes not strictly characterized. A more structured experiment setup must thus be created, based on more established criteria of action-research, the details and results of which are analysed in this dissertation.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.