Investigating non commutative structures - quantum groups and dual groups in the context of quantum probability

par Michael Ulrich

Thèse de doctorat en Mathematiques

Sous la direction de Uwe Franz et de Michael Schürmann.

Soutenue le 21-06-2016

à Besançon en cotutelle avec l'Ernst-Moritz-Arndt-Universität (Greifswald, Allemagne) , dans le cadre de École doctorale Carnot-Pasteur (Besançon ; Dijon ; 2012-....) , en partenariat avec Laboratoire de Mathématiques de Besançon (Besançon) (équipe de recherche) et de Laboratoire de Mathématiques de Besançon (laboratoire) .

Le président du jury était Christian Le Merdy.

Le jury était composé de Uwe Franz, Michael Schürmann, Christian Le Merdy, Franz Lehner, Adam Skalski, Thierry Lévy, Volkmar Liebscher.

Les rapporteurs étaient Franz Lehner.

  • Titre traduit

    Étude des structures non-commutatives : le cas des groupes quantiques et des groupes duaux dans le contexte des probabilités quantiques


  • Résumé

    Les Mathématiques non-commutatives sont un domaine en plein essor. L'idée de base consiste à remarquer qu'au lieu de décrire un espace donné comme étant un ensemble de points, on peut de manière équivalente le décrire par l'algèbre des fonctions définies sur cet espace. Cette algèbre est commutative. On remplace alors cette algèbre par une algèbre qui n'est plus forcément commutative et que l'on cherche à interpréter comme une algèbre de fonctions sur un « espace non-commutatif ». Les groupes quantiques sont un exemple de généralisation non-commutative de la notion de groupe. Il s'agit d'une C*-algèbre munie d'une comultiplication à valeur dans le produit tensoriel de l'algèbre avec elle-même. Les groupes quantiques ont été bien étudiés. Les groupes duaux sont similaires aux groupes quantiques, mais la comultiplication est cette fois-ci à valeur dans le produit libre, et non plus dans le produit tensoriel. Bien qu'ils aient été introduits dans les années 80, ils n'ont pas encore été vraiment étudiés. Le but de cette thèse est d'explorer les propriétés des groupes duaux, en se concentrant sur l'un d'entre eux – le groupe dual unitaire – et ce en utilisant les méthodes des probabilités non-commutatives (ou probabilités quantiques)


  • Résumé

    Noncommutative Mathematics are a very active domain. The idea underlying it is that instead of describing a space as a set of points, it is equivalent to describe it with the algebra of functions defined on said space. This algebra is commutative. Now we replace this algebra with an algebra that is not necessarily commutative any more and we want to interpret it as the algebra of functions defined on a « noncommutative space ». Quantum groups are an example of such a noncommutative generalization of the notion of group. They are C*-algebras equipped with a comultiplication that takes its values in the tensor product of the algebra with itself. Quantum groups are well-known and well studied. Nevertheless we can also define dual groups, which are similar to quantum groups, but the comultiplication takes now its values in the free product of the algebra with itself, instead of the tensor product. Though dual groups have been introduced in the 80s, they have not been much studied so far. The goal of this thesis is to study their properties, especially in the case of one particular dual group called the unitary dual group, by using methods from noncommutative probability (or quantum probability).


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Investigating non commutative structures - quantum groups and dual groups in the context of quantum probability


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire électronique, Besançon.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Investigating non commutative structures - quantum groups and dual groups in the context of quantum probability
  • Détails : 1 Vol.(96p.)
  • Notes : Thèse soutenue en co-tutelle.
  • Annexes : Bibliogr.p.92-95.Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.