La Dialectique du néolibéralisme aux États-Unis : aux origines de « révolution conservatrice » et de la crise financière de 2008

par Bradley Smith

Thèse de doctorat en Études anglophones

Sous la direction de Martine Azuelos.

Le président du jury était Christine Zumello.

Le jury était composé de Martine Azuelos, Christine Zumello, Emmanuel Barot, Olivier Frayssé, Laurence Gervais.


  • Résumé

    L’objectif de cette thèse est d’étudier les transformations économiques, sociales, politiques et idéologiques qui caractérisent le développement du néolibéralisme aux États-Unis, depuis l’essor du mouvement conservateur qui porta Ronald Reagan au pouvoir en 1980 jusqu’à la crise financière de 2008. Par néolibéralisme, on entend une idéologie qui postule la supériorité des forces du marché et du secteur privé sur l’intervention de l’État, un ensemble de politiques qui visent à libérer ces forces des entraves étatiques, et un mode de gouvernance qui s’inspire de la gestion des entreprises privées. À la lecture des nombreux ouvrages consacrés au néolibéralisme, on peut constater un morcellement des connaissances sur certains aspects particuliers du sujet, telles que ses dimensions idéologique, politique ou internationale ; il manque des études qui tentent de concevoir le néolibéralisme à la fois dans sa globalité et dans la spécificité de son développement aux États-Unis. Il nous est paru que la méthode dite « progressive-régressive » de Jean-Paul Sartre permettrait de faire la synthèse qui manque à la littérature actuelle. Bien que Sartre ait développé cette méthode dialectique à l’attention des chercheurs en sciences humaines et sociales, ce cadre épistémologique cherche encore ses adeptes. En l’appliquant au néolibéralisme américain, nous espérons donc contribuer non seulement à la connaissance d’un grand sujet d’actualité, mais aussi au développement des méthodes de recherche dans le champ des études civilisationnistes.

  • Titre traduit

    The Dialectics of Neoliberalism in the United States : from the Origins of the "Conservative Revolution" to the 2008 Financial Crisis


  • Résumé

    This dissertation aims to study the economic, social, political and ideological transformations that have characterized the development of neoliberalism in the United States, from the rise of the conservative movement that brought Ronald Reagan to power in 1980 to the financial crisis of 2008. Neoliberalism can be defined as an ideology that claims the free market and the private sector to be superior to government intervention, as a package of economic policies that aim to liberate market forces from government constraints, and as a mode of governance based on corporate management practices. Although many studies have been published on neoliberalism, each of them tends to focus on a limited dimension of the subject, such as its ideological, political, or international dimension. Given this fragmentation, there is a lack of studies that attempt to understand the specific development of neoliberalism in the United States from a holistic point of view. In order to achieve this goal, Jean-Paul Sartre’s “progressive-regressive” method appears to be an effective approach. While Sartre developed this method as an epistemological tool for the humanities, few researchers have attempted to make use of it. By applying it to the study of American neoliberalism, this dissertation hopes to contribute not only to the knowledge a topical subject, but also to the development of new research methods in the field of civilizational studies.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.