Améliorer l'exactitude de l'auto-évaluation : quels dispositifs pour quels apprenants ?

par Adeline Maillard

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Nathalie Huet et de Caroline Dupeyrat.

Soutenue le 27-11-2015

à Toulouse 2 , dans le cadre de École doctorale Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition (Toulouse) , en partenariat avec Cognition, Langues, Langage, Ergonomie / CLLE-LTC (laboratoire) et de Cognition, langues, langage, ergonomie (Toulouse) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Marie Izaute.

Le jury était composé de Nathalie Huet, Caroline Dupeyrat, Jean-François Rouet, Thérèse Bouffard.

Les rapporteurs étaient Marie Izaute, Jean-François Rouet.


  • Résumé

    L'auto-évaluation est un processus métacognitif central dans le cadre d'un apprentissage en autonomie. Des décennies de recherche ont montré, toutefois, que les apprenants n'auto-évaluaient pas leurs performances futures avec exactitude, conduisant les chercheurs à essayer de mieux comprendre le processus d'auto-évaluation afin d'en améliorer l'exactitude. La majeure partie des travaux effectués sur le sujet ont, toutefois, été réalisés dans des situations peu écologiques et impliquent des tâches d'apprentissage simples (e.g. l'apprentissage associatif) ou classiques (e.g. compréhension de textes linéaires). Cette thèse présente trois études qui se centrent autour de l'exactitude de l'auto-évaluation dans des contextes plus écologiques. Ces études testent l'efficacité de divers outils d'aide à l'auto-évaluation sur une tâche d'apprentissage intégrée aux enseignements des participants. Elles considèrent également des caractéristiques propres à la tâche ou à l'apprenant. Ainsi, la première étude combinait plusieurs outils d'aide à l'auto-évaluation (incitations à la prise de conscience des stratégies utilisées et de leur pertinence, et auto-explications) afin d'améliorer l'exactitude des auto-évaluations sur des connaissances déclaratives et procédurales. Une deuxième étude explorait l'effet des cartes conceptuelles en tant qu'outil d'aide à l'auto-évaluation. L'efficacité des cartes conceptuelles sur l'exactitude de l'auto-évaluation et l'apprentissage a été testée selon le mode de leur utilisation (construction vs. consultation), le moment de leur présentation (simultanément à l'apprentissage vs. en différé) et le niveau d'expertise des apprenants (experts vs. novices). Enfin, la troisième étude évaluait si un entraînement relativement long à l'utilisation des cartes conceptuelles permettait d'en faire un outil efficace pour améliorer l'exactitude de l'auto-évaluation et l'apprentissage. Les résultats obtenus lors de ces trois études n'ont pas confirmé nos hypothèses relatives à l'efficacité des outils d'aide à l'auto-évaluation sur l'exactitude de l'auto-évaluation. Les résultats montrent, cependant, que les participants auto-évaluaient avec plus d'exactitude des connaissances déclaratives que procédurales (Étude 1). Les résultats ont également répliqué, sur une tâche plus écologique, l'effet positif du niveau des connaissances antérieures dans le domaine d'apprentissage sur l'exactitude de l'auto-évaluation, généralement démontré dans la littérature sur des tâches de laboratoire (Étude 2). Finalement, les résultats ont révélé que la durée de l'entraînement à la réalisation de cartes conceptuelles n'avait pas d'effet sur l'efficacité des cartes conceptuelles (Étude 3). La discussion de ces résultats est organisée autour de quatre points principaux. Une première partie revient sur la question de l'adaptation des outils d'aide à l'auto-évaluation au niveau d'expertise des apprenants. Une seconde partie traite de l'adéquation des outils d'aide à l'auto-évaluation avec le type de connaissances évaluées. Une troisième hypothèse se centre sur la nature de l'exactitude de l'auto-évaluation mesurée, afin expliquer l'absence d'effet des outils d'aide à l'auto-évaluation testés. Finalement, le rôle des variables motivationnelles dans l'exactitude de l'auto-évaluation sera abordé comme une piste de travail pertinente.

  • Titre traduit

    Improving self-monitoring accuracy : which tools for which learners?


  • Résumé

    Self-monitoring is a key metacognitive process in self-regulated learning. Decades of research, however, showed that learners are inaccurate in evaluating their own performance which led researchers to focus on understanding the self-monitoring process to ultimately improve self-monitoring accuracy. Most work on the topic was conducted in low ecological contexts and implied only easy (e.g., associative learning) or classical (i.e. comprehension of linear texts) learning tasks. The present thesis offers three studies that focused on self-monitoring in ecological contexts. These studies explored the efficiency of several self-monitoring tools on a learning task integrated in participant's school formation setting and took into account task and learner characteristics. The first study used several self-monitoring help tools jointly (prompts aimed to make the learner aware of the strategies is used and their relevance, and self-explanations) in order to improve self-monitoring accuracy about declarative and procedural knowledge. The second study explored concept maps as a self-monitoring tool and tested their effect on learning in different conditions. The experimental manipulations were presentation mode (construction vs. consultation), moment of presentation (simultaneously to learning vs. delayed) and learners' expertise level (experts vs. novices). Finally, the third study assessed whether a long training to concept maps use was efficient enough to make this tool a relevant one to improve self-monitoring accuracy and learning. Results of the three studies did not confirm our hypothesis about self-monitoring tools efficiency on self-monitoring accuracy in a subsequent task. Results, however, showed that participants were more accurate when they evaluated declarative knowledge than procedural knowledge (Study 1). They also replicate, in a more ecological task, the positive effect of prior knowledge level about the target learning content on self-monitoring accuracy traditionally highlighted in the literature relying on laboratory learning task (Study 2). Finally, the training duration to use concept maps did not affect concept map efficiency (Study 3). Discussion of the present findings is centered on four main points. A first point discusses the suitability of self-monitoring tools as a function of learners' level of expertise. A second line of discussion deals with the adequacy between self-monitoring tools and the nature of knowledge which is evaluated. A third hypothesis regards the nature of self-monitoring accuracy which was measured, in order to explain the absence of effect of the self-monitoring tools we tested. Finally, the role of motivational variables surrounding self-monitoring accuracy is discussed as a compelling avenue.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par [l'auteur] à [Lieu de publication inconnu]

Améliorer l'exactitude de l'auto-évaluation : quels dispositifs pour quels apprenants ?


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par [l'auteur] à [Lieu de publication inconnu]

Informations

  • Sous le titre : Améliorer l'exactitude de l'auto-évaluation : quels dispositifs pour quels apprenants ?
  • Détails : 1 vol. (XX-221 p.)
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.