Au fondement de la relation thérapeutique : l'humilité

par Guillaume Monod

Thèse de doctorat en Philosophie pratique

Sous la direction de Dominique Folscheid.

Le président du jury était Olivier Abel.

Le jury était composé de Dominique Folscheid, Philippe Barrier.

Les rapporteurs étaient Bruno Falissard.


  • Résumé

    Au cours de la relation thérapeutique qui unit le médecin et le malade dans un processus de soin, il arrive que le médecin estime le malade guéri alors que ce dernier ne se considère pas comme tel, ou, à l'inverse, que le malade s'estime guéri alors que le médecin pense le contraire. Cette situation paradoxale constitue l'antinomie de la relation thérapeutique. Elle est la conséquence de ce que la guérison n'est pas un retour à l'état de santé d'avant la maladie, mais est au contraire la constitution d'une nouvelle norme de vie, processus que Georges Canguilhem a désigné sous le nom de normativité.Résoudre l'antinomie de la relation thérapeutique nécessite de placer la normativité au cœur de cette relation, et l'humilité rend ce processus possible.L'humilité est une vertu trop souvent tenue pour suspecte, fréquemment réduite à une variante du mysticisme ou assimilée à un dénigrement de soi. Un examen critique de l'humilité permet de réfuter ce lieu commun. L'humilité, qui semble absente du corpus hippocratique et de la philosophie médicale héritée de la Grèce antique, est une vertu morale et intellectuelle, qui se cache derrière la maïeutique socratique et l'éthique aristotélicienne. La critique kantienne de la faculté de juger démontre que l'humilité possède une fonction schématique qui lui permet d'offrir à l'homme une ouverture de son être et de lui dévoiler que la maladie est une épreuve de vie apparentée au sublime.L'étude de plusieurs situations cliniques permet de montrer que l'humilité, prise comme maxime d'action de la pratique médicale, est en mesure de résoudre l'antinomie de la relation thérapeutique.

  • Titre traduit

    At the foundation of a therapeutic relationship : humility


  • Résumé

    During the therapeutic relationship wich brings together the doctor and the patient, it sometimes occur that the doctor considers the patient to be cured, though the patient does not feel so, or, on the contrary, that the patient considers to be cured even though the doctor thinks the opposite. This paradoxical situation is what can be called the antinomy of the therapeutic relationship. It is the consequence of the fact that healing is not returning to the state of health prior to the illness, but is the implementation of a new norm of life, process named normativity by Georges Canguilhem.Solving the antinomy of the therapeutic relationship requires to put normativity at the center of this relationship, and humility makes this process possible.Humility is a too often held under suspicion, frequently reduced to a form of mysticism or considered as self-deprecation. A critical examination of humility refutes such a commonly-held opinion. Humility, wich seems excluded from the hippocratical corpus and the philosophy of medicine inherited from ancient Greece, is an intelectual and moral virtue, wich hides behind Socrate's maieutic and Aristotle's ethic. Immanuel Kant's Critique of judgement shows that humility is also a scheme wich allows man an opening of his being and wich reveals to him that illness is a trial of life wich is similar to the sublime.A examination of several clinical cases shows that humility, taken as maxim of action of medical practice, is able to solve the antinomy of therapeutic relationship.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Communautés d’Universités et d'Etablissements Université Paris-Est. Bibliothèque universitaire.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.