Pour une philosophie de la subjectivation. Etude sur Michel Foucault

par Kojiro Fujita

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Frédéric Gros.

Soutenue le 11-05-2015

à Paris Est , dans le cadre de Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2015-....) , en partenariat avec Lettres, Idées, Savoirs (Créteil) (laboratoire) et de Lettres Idées Savoirs / LIS (laboratoire) .

Le président du jury était Ali Benmakhlouf.

Les rapporteurs étaient Guillaume Le Blanc, Judith Revel.


  • Résumé

    Cette thèse cherche à mettre en lumière la philosophie de la subjectivation chez Michel Foucault. Dans notre perspective, le premier Foucault (d’Histoire de la folie à Les mots et les choses) a essayé de surmonter la philosophie du sujet pour avancer une pensée de l’anonymat, mais le dernier Foucault (de L’archéologie du savoir à Histoire de la sexualité) a tenté de reprendre au-delà de cet anonymat le problème du sujet jusqu’à élaborer finalement le concept de subjectivation. Ainsi, notre thèse se demande comment le dernier Foucault a continué à réexaminer le sujet dans trois domaines anonymes, savoir, pouvoir et éthique, et ce pour dégager de ce parcours foucaldien ce qu’on pourrait appeler au fond la philosophie de la subjectivation. Cette philosophie consiste donc en trois éléments : la logique de la subjectivation, la politique de la subjectivation et l’éthique de la subjectivation. Dès lors que la plupart des études existantes se sont attachées à cette dernière, notre thèse se consacre prioritairement aux deux premières : la première partie de la thèse traite la logique de la subjectivation pour montrer notre existence dans le système du savoir, et la deuxième traite la politique de la subjectivation pour montrer notre existence dans celui du pouvoir. Ces recherches ne peuvent plus s’accomplir par les pensées traditionnelles (réalisme de l’objectivité scientifique, phénoménologie de la subjectivité transcendantale, épistémologie des formes idéales, herméneutique du sens fondamental, etc.), jamais étrangères à la philosophie du sujet, mais seulement par la pensée foucaldienne elle-même, bien destinée à celle de la subjectivation. Cette thèse lit ainsi la pensée foucaldienne par celle-ci elle-même pour en dégager la philosophie de la subjectivation. Elle aboutit cependant non seulement à montrer le concept de subjectivation, mais aussi à trouver paradoxalement ce qu’on pourrait appeler la « contre-subjectivation.

  • Titre traduit

    For a Philosophy of the Subjectivation. A Study of Michel Foucault


  • Résumé

    This thesis seeks to shed light on the philosophy of the subjectivation in the work of Michel Foucault. From our perspective, the early Foucault (from Madness and Civilization to The Order of Things) strived to overcome the philosophy of the subject in order to advance a thought of anonymity, but the later Foucault (from The Archaeology of Knowledge to The History of Sexuality) attempted to take up the problem of the subject again beyond that anonymity so as to finally elaborate the concept of subjectivation. Hence, our thesis inquires how the later Foucault continued to re-examine the subject in three anonymous domains – knowledge, power and ethics –, in order to extract from Foucault’s works what one can finally call the philosophy of the subjectivation. Thus this philosophy consists of three elements: the logic of the subjectivation, the politics of the subjectivation and the ethics of the subjectivation. Since most existing studies are related to the later element, our thesis is primarily devoted to the former two. The first half of the thesis addresses the logic of the subjectivation to reveal our existence in the system of knowledge, and the second half deals with the politics of the subjectivation to reveal our existence in that of power. Theses researches can no longer be accomplished by traditional thoughts (realism of scientific objectivity, phenomenology of transcendental subjectivity, epistemology of ideal forms, hermeneutics of fundamental meaning, etc.), which are never foreign to the philosophy of the subject, but only by Foucault’s thought itself, which is well destined to the philosophy of the subjectivation. Thus, our thesis reads Foucault’s thought by this same thought itself in order to extract the philosophy of the subjectivation from there. However, ultimately, it not only explores the concept of subjectivation, but also paradoxically sheds light on what one can call the “counter-subjectivation”.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.