Géopolitique de la Sonatrach : entre internationalisation diffuse et souveraineté en déclin

par Belgacem Tahchi

Thèse de doctorat en Géographie politique

Sous la direction de Michel Korinman.

Le président du jury était Olivier Sevin.

Le jury était composé de Philippe Boulanger, Olivier Archambeau.


  • Résumé

    L’Algérie est classée au neuvième rang mondial des pays producteurs de gaz naturel et représente 2,4 % de la production de gaz naturel. Elle occupait le quinzième rang mondial, et le troisième en Afrique avec 9,2 de milliards de barils de pétrole, en termes de réserves prouvées de pétrole, soit 0,9 % des réserves mondiales. A la bonne qualité du pétrole algérien,idéal par sa faible teneur en soufre ce qui le rend très facile à raffiner, s’ajoutent une géologie clémente et une situation avantageuse vis à vis des marchés européens. Cette proximité a été renforcée par les nouveaux gazoducs t-ransméditerranéens de Medgaz et du futur Galsi et par une flotte de méthaniers. Avec une économie dépendante des recettes des hydrocarbures, constituant 97% des exportations, l’Algérie s’est mise dans un piège énergétique. Dans ce domaine l’entreprise algérienne en charge du secteur, la Sonatrach, détient le contrôle de la filière des hydrocarbures sur tous les niveaux. L’arsenal juridique du secteur s’est doté de la loi N°2006-10 relative aux hydrocarbures qui, à première vue, répond aux prospectives du développement de la Sonatrach, dans le mesure où elle cherche à se libérer de l’État et àplanifier sa propre politique expansionniste dans un schéma de management moderne s’alignant en même temps aux offres concurrentielles des grandes firmes internationales leaders dans ce domaine. L’analyse de la politique de l’entreprise et du secteur en général, a pu contribuer à donner une réponse sur la problématique des choix stratégiques qui s’offrent à de l’entreprise.

  • Titre traduit

    Geopolitics of Sonatrach : between diffused internationalization and decreasing sovereignty


  • Résumé

    Algeria is ranked as the ninth largest natural gas producing countries, representing 2.4% of the world natural gas roduction. It held the fifteenth place in the world and the third in Africa with 9.2 billion barrels of oil in terms of proven reserves, which represents 0.9% of world oil reserves. To the good quality of Algerian oil, ideal for its low sulfur content, which makes it very easy to refine, a clement geology and an advantageous nearness from the European markets are added. This proximity is enhanced by the new trans-mediterranean pipelines Medgaz, the future Galsi and by a fleet of LNG tankers. With an economy dependent on hydrocarbon revenues, constituting 97% of its exports, Algeria is set up in an energy trap. In this field the Algerian company responsible for the sector, Sonatrach, holds control of the hydrocarbons chain on all its levels. The law 2006-10, relating to hydrocarbons, at first sight responds to forward-looking development of the Sonatrach, knowing that the Company is looking also to break free from the state and to plan its own expansionist plan in a modern management model, aligning at the same time with the competitive offers proposed by the international firms leading in this field. The analysis of the policy of the company and the Algerian hydrocarbons sector in general, contribute to answer to problematic of the strategic choices available to the company.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.