Le moulin hydraulique et son approvisionnement en meules : technique, espace et société en Vivarais du Moyen Age au XIXe siècle

par Colette Véron

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Alain Belmont.

Le président du jury était Bruno Phalip.

Le jury était composé de Gilles Fronteau, Pierre-Yves Laffont.

Les rapporteurs étaient Bruno Phalip, Corinne Beck.


  • Résumé

    Le Vivarais recouvre une zone de transition entre monde rhodanien et montagne, zone encore en cours de peuplement au moment où le moulin à eau se généralise. L'étude du moulin hydraulique et de son approvisionnement en meules a démontré un contraste certain entre zones de pente où de nombreuses petites unités assurent la production de farine et grandes vallées où des unités plus importantes ont été construites et ceci depuis le Moyen Age.La féodalité et l'emphytéose perpétuelle expliquent la pérennité des sites depuis le XIVe ou XVe siècle. L'exploitation directe domine en montagne tandis qu'ailleurs les moulins, plus rentables et aux mains d'une élite, sont volontiers affermés. L'indivision est fréquente partout mais s'accentue à proximité du rivage rhodanien où les parts de moulins, qu'ils soient sur terre ou sur le Rhône, sont convoitées par les marchands.Les roues horizontales et verticales coexistent depuis la période médiévale, parfois dans le même moulin. La roue horizontale est présente dans de nombreux petits moulins ruraux mais elle domine aussi sur l'Ardèche et dans les villes principales, Aubenas, Privas et Annonay et jusqu'au XIXe siècle et l'adoption du moulin à l'anglaise aux mécanismes de fonte.L'approvisionnement en meules, qui comme partout, se fait d'abord au plus près du moulin, se caractérise par un abandon progressif du basalte et des roches cristallines en faveur des grès dont   l'utilisation  entraîne  l'exploitation de nombreuses  meulières jusqu'au XIXe siècle.Les meules en silex d'Ile de France ne pénètrent que peu à l'intérieur de la province et ne sont présentes avant la construction des voies ferrées à la fin du XIXe siècle, que dans les moulins proches du rivage rhodanien.Quand l'ensemble du département s'équipe en mécanismes de fonte et en meules françaises le déclin des moulins est déjà bien engagé. L'industrie convoite leurs droits d'eau depuis plus d'un siècle, de nombreuses régions se vident, on n'y porte plus son grain à moudre et les premières minoteries industrielles apparaissent dans les villes où se concentre de plus en plus la population.Pourtant le moulin généralisé pendant plusieurs siècles structure encore durablement l'espace, par ses aménagements hydrauliques, par le chemin qui y conduit comme par les activités qu'il a induites. Il apparaît encore au milieu du XIXe siècle comme un élément incontournable de l'équipement des campagnes comme des villes, même s'il est de plus en plus marginalisé dans celles-ci.

  • Titre traduit

    Water mills and their provision with millstones : techniques, territory and society in the Vivarais from the Middle Ages to the 19th century


  • Résumé

    The Vivarais covers a transitional area between the Rhône corridor and the mountain, a zone which was still being settled at the time when the water mill was spreading.The study of the hydraulic mill and its supply of mill stones has showed an unquestionable contrast between hillsides, where many small units ensure the production of flour, and large valleys where more sizeable units have been built ever since the Middle Ages.Feudality and the perpetual long lease explain the perennial nature of the sites since 14th or 15th century. Direct use is more wide-spread in mountain areas while elsewhere the mills, more profitable in the hands of an elite, are readily leased out. Joint possession is frequent everywhere but is most prevalent near the banks of the Rhone, where shared ownership of mills, whether on land or on the Rhone, is coveted by merchants.Horizontal and vertical wheels have coexisted since the Medieval period, sometimes in the same mill.The horizontal wheel is found in many small rural mills but it also prevails in the Ardeche and in the main towns, Aubenas, Privas and Annonay , and continues until the 19th century and the adoption of the English style mill with its iron mechanisms.The basalt and crystalline mill stones, which, like everywhere else, are first supplied from the immediate environment, are progressively abandoned in favour of sandstones, which necessitates the opening and exploitation of numerous quarries, still in use until the 19th century.The flint mill stones of the Ile de France region are rarely found in the province and are only installed in mills near the Rhône until the arrival of the railway in the 19th century.By the time the whole of the department is equipped with cast iron mechanisms and French mill stones, the decline of the mills is already well under way. Industrialists have coveted the millers' water rights for over a century, many areas are becoming depopulated, people no longer bring their grist to the mill and the first industrial flour mills are appearing in large, more densely populated cities.However, the mill which was widespread for several centuries is still a determining feature in the region's landscape, through its hydraulic installations, the track leading to it, and the activities associated with it.In the middle of the 19th century, it still features as an essential element, both in urban and rural settings, although in towns it is becoming marginalized.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Grenoble Alpes. Bibliothèque et Appui à la Science Ouverte. Bibliothèque électronique.
  • Bibliothèque : Université Savoie Mont Blanc (Chambéry-Annecy). Service commun de la documentation et des bibliothèques universitaires. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.