Affect et responsabilité dans la famille : approche technique et philosophique.

par Mathilde Briard

Thèse de doctorat en Droit privé

Sous la direction de Jean-Marc Trigeaud.

Soutenue le 30-09-2015

à Bordeaux , dans le cadre de École doctorale de droit (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Institut de sciences criminelles et de la justice (Bordeaux) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Jean-Christophe Saint-Pau.

Le jury était composé de Hervé Lécuyer.

Les rapporteurs étaient Christophe Blanchard.


  • Résumé

    Dans les rapports familiaux, les mécanismes de la responsabilité paraîssent s’appliquer plus difficilement qu’ailleurs. Qu’il s’agisse d’engager la responsabilité des époux, ou bien celle d’un parent envers son enfant, ou même encore de juger un délinquant passionnel, il peut être malaisé de déterminer les parts de responsabilité et de culpabilité qui reviennent à chacun. L’élément affectif, qui n’est pas regardé en principe comme un objet possible du droit, est susceptible d’expliquer cette difficulté. L’objet de cette thèse est donc de découvrir ce que peut être cet affect, et s’il intervient effectivement de façon significative dans les responsabilités familiales. Dans la pensée classique, l’affect n’a pas d’autonomie, en ce sens qu’il est toujours assimilé et réduit à d’autres notions, telles que l’émotion ou la volonté. En le dégageant de ces réductions, pourtant, l’affect peut être un élément isolable, qui est clairement identifiable dans le lien conjugal ou dans la filiation. L’affect est ainsi un élément concret, mais aussi dynamique, en ce sens qu’il est doté d’une valeur normative. Il est donc capable, non seulement d’éclairer des situations familiales pour lesquelles la responsabilité, civile ou pénale, doit être mise en oeuvre, mais encore de porter une valeur, que le droit peut découvrir et protéger.

  • Titre traduit

    Affect and Responsibility in family : philosophical and technical approach


  • Résumé

    In family relations, responsibility mechanism seems to apply themselves with much more difficulty then elsewhere. Whether it engages the responsibility of the married couple, or the one of a parent towards his child, or even to judge a crime of passion, it can be difficult to determine the responsibility or guilt of each party. The affectif element, that is usually not considered like a text of law, is likely to explain this difficulty. Therefore, the purpose of this thesis is to discover what can be this affect, and if it indeed intervenes in a significant way in family responsibilities. In the classical thought, the affect has no autonomy, in a way that it is always assimilated and reduced to other notions such as emotion or free will. Removing these simplifications, the affect can be an element which can be isolated and clearly identified in the conjugal link or in filiation. Consequently, the affect is a concret element, but also dynamic, in the way it is doted by a normative value. It is therefore able, not only to enlighten family situations for which, civil or penal responsibility must be applied, but must also carry a value, that law may discover and protect.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.