Mallarmé : littérature et philosophie au XXème siècle : évanouissement du sujet, évanescence du monde et éventail des concepts

par Kendy Chokeepermal

Thèse de doctorat en Langue et littérature françaises

Sous la direction de Vincent Vivès.

Le président du jury était Jean-Maurice Monnoyer.

Le jury était composé de Jean-Maurice Monnoyer, Thierry Roger, Nathalie Barberger, Bertrand Marchal.

Les rapporteurs étaient Thierry Roger, Nathalie Barberger.


  • Résumé

    L’objectif de ce travail est de mettre en exergue non seulement la réception philosophique des écrits de Mallarmé ayant eu lieu dans les années 1950, 1960 et 1970, mais aussi le facteur qui agit en eux comme un moteur de production théorique. La poétique mallarméenne est un mouvement de production de nouvelles possibilités, que nous appelons des potentialités représentationnelles, qui sont des inventions fictives du langage poétique ouvrant la voie à de nouvelles dispositions linguistiques et à de nouvelles possibilités de représentation. La poétique de Mallarmé est doublement inventive : dans le langage lui-même, et dans la réception théorique comme moteur de production. Pour rendre compte du facteur hautement productif du langage poétique mallarméen, nous introduisons la notion de virtualité dans notre étude, qui se manifeste dans une dynamique insaisissable où aucun sens unique et déterminé ne peut s’établir. Ainsi, les potentialités représentationnelles sont multiples et irréductibles à quelque unité atomique déterminée. Toute tentative de réduction qui tend à rompre le mouvement des potentialités compromet la poéticité chez Mallarmé. Nous montrons, en ce sens, que si le langage poétique mallarméen donne lieu à une production théorique à travers des lectures philosophiques, il ne se laisse pas encercler et déterminer par celles-ci, mais maintient une continuité dynamique des potentialités.

  • Titre traduit

    Mallarmé : literature and philosophy in the twentieth century : fainting of the subject, evanescence of the world and range of concepts


  • Résumé

    This work’s aim is to draw attention not only to the philosophical reception of Mallarmé’s writings during 1950’s, 1960’s and 1970’s, but also to the factor which acts as an engine of theoretical production in them. Mallarmé’s poetics is a production movement of new possibilities, which we call representational potentials, which are fictional inventions of the poetic language, opening on new linguistic layouts and on new representational possibilities. Mallarmé’s poetics is twice inventive : in the language itself, and in the theoretical reception, as an engine of production. To give account of the highly productive factor of Mallarmé’s poetics, we introduce the concept of virtuality in our study, which expresses itself in an elusive dynamic, where no unique and specific sense can establish itself. Thus, the representational potentials are multiple and irreducible to some specific atomic unity. Any reduction attempt stretching to break the movement of the potentials compromises Mallarmé’s poetics. We show, in that direction, that if the poetic language gives way to a theoretical production through the philosophical readings, it does not get surrounded, nor determined by these readings, but maintains a dynamic continuity of the potentials.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 1 vol. (435 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 414-422. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille (Aix-en-Provence). Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de lettres et sciences humaines (Fenouillères).
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.