Innovation, Learning and Construal Levels in the Modern Workplace

par Jean-Nicolas Reyt

Thèse de doctorat en Sciences de gestion

Sous la direction de François Mariet et de Nicolas Jonard.

Soutenue le 06-02-2014

à Paris 9 en cotutelle avec l'Université du Luxembourg , dans le cadre de Ecole doctorale de Dauphine (Paris) , en partenariat avec Dauphine Recherches en management (Paris) (laboratoire) et de Dauphine Recherches en management (Paris) (laboratoire) .

  • Titre traduit

    Innovation, apprentissage et niveaux de représentation mentale dans l'entreprise moderne


  • Résumé

    La connaissance est une ressource critique de l’entreprise moderne. Les processus d’apprentissage, de partage et d’utilisation de la connaissance déterminent l’efficacité et la capacité d’innovation des organisations. Dans ma thèse, je m’appuie sur la théorie des niveaux de représentation mentale (construal level theory) pour explorer la relation entre les responsabilités des employés et le type de connaissance qu’ils créent et partagent. Plus précisément, j’étudie les effets de deux attributs de l’entreprise moderne (l’utilisation croissante de technologie et le changement des structures hiérarchiques) sur les représentations mentales du travail et les comportements liés à l’innovation. J’utilise diverses méthodes de recherche pour tester cette hypothèse, dont deux études fondées sur des données d’archive, quatre expériences en laboratoire et deux études longitudinales sur questionnaire.


  • Résumé

    Knowledge is increasingly recognized as one of the most critical resources in the modern workplace, because the way knowledge is learned, shared and used determines organizational innovation and effectiveness. In my dissertation, I build on construal level theory to explore the relationship between workers’ roles and the types of knowledge that workers create and share. In particular, I draw upon two features of the modern workplace that are evolving dramatically – the increasing use of technology and changing hierarchical structures – to explore how the level of abstraction at which employees mentally represent their work roles mediates the relationship between these structural features of the work context and the practically-relevant and important employee behaviors underlying innovation. I leverage methodological diversity to test the hypotheses in eight studies, including two studies based on archival data, four laboratory experiments and two longitudinal studies based on survey data.

Autre version

Innovation, Learning and Construal Levels in the Modern Workplace


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

à

Informations

  • Sous le titre : Innovation, Learning and Construal Levels in the Modern Workplace
  • Détails : 1 vol. (169 p.)
  • Notes : Thèse soutenue en co-tutelle.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.