Cause in Kepler's Natural Philosophy

par Jonathan N. Regier

Thèse de doctorat en Epistémologie, histoire des sciences et des techniques

Sous la direction de Jean-Jacques Szczeciniarz.

Soutenue en 2014

à Paris 7 .


  • Résumé

    Cette thèse tient à fournir une analyse originale de la causalité chez Johannes Kepler (1571-1630). Elle est divisée en deux parties, selon les deux grandes catégories de causes dans la philosophie naturelle de Kepler : les causes archétypales et efficientes. 1) La première partie se concentrera donc sur les oeuvres majeures de la philosophie archétypale. Nous monterons comment cette philosophie, qui se base sur une synthèse de l'épistémologie mélanchthonienne et du néoplatonisme, a comme objectif principal l'unité de la connaissance. 2) Kepler croyait également que tout changement dans le monde était dû à une force. Il s'est donc chargé de caractériser les forces primaires de la nature, particulièrement la lumière et la force solaire (vis motrix). Ces forces, qui nous occuperont dans la deuxième partie de cette thèse, sont vitales, c'est-à-dire qu'elles sont des facultates animae. Une des conclusions de cette thèse est que sa conception de la force, ainsi que sa méthode en « physique céleste », doivent être comprises sur le fond de la médecine du XVIe siècle, dont un des traits est un hylémorphisme extrêmement syncrétique. Un autre de nos objectifs est de montrer la continuité qui existe entre la causalité archétypale et la causalité efficiente. Elles sont toutes les deux censées expliquer comment les idées géométriques sont quantifiées ou, plus précisément, incorporées. Le vitalisme de Kepler est lui-même une sorte de réflexion mathématique : les âmes sont des entités mathématiques et leurs forces peuvent être décrites comme des proportions actives et incarnées.


  • Résumé

    This thesis provides an original analysis of causality in Johannes Kepler's (1571-1630) natural philosophy. It is split into two parts, according to the two kinds of cause that reign large in Kepler's investigations: the archetypal and the efficient. 1) Part one focuses on the major works of his archetypal philosophy. I will show how this philosophy, based on a synthesis of Melanchthonian epistemology and Neoplatonism, is deeply preoccupied with the unity of knowledge. 2) Kepler also believed, quite naturally, that change was the result of force, and he set himself to explicating the chief forces at work in nature, namely light and the solar vis. These forces are vital, that is, they represent facultates animae. One of my major points in this thesis is that Kepler's method for doing celestial physics, as well as his conception of force, must be understood within the context of sixteenth century medicine and its extremely syncretic brand of hylomorphism. Another will be to show the underlying continuity between archetypal and efficient causes. Both must explain how geometrical ideas are quantified, or, to be more precise, embodied. And both are implicated in the taming of matter with form, where matter is quantity and form is geometrical reason or ratio. Kepler's vitalism is itself a kind of mathematical reflection: souls are mathematical entities and their forces can be described as active and embodied proportions.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (429 p.)
  • Annexes : 664 réf.

Où se trouve cette thèse\u00a0?