Connaître par les Nombres : cultures et écritures comptables au prieuré cathédral de Norwich (1256-1344)

par Harmony Dewez

Thèse de doctorat en Histoire médiévale

Sous la direction de Laurent Feller et de Phillipp R. Schofield.

Soutenue le 28-04-2014

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec Laboratoire de médiévistique occidentale de Paris (équipe de recherche) .

Le président du jury était Monique Bourin.

Le jury était composé de Laurent Feller, Phillipp R. Schofield.

Les rapporteurs étaient Pierre Chastang, Paul Dean Adshead Harvey.


  • Résumé

    Le développement des comptabilités monastiques au XIIIe et au début du XIVe siècle s’inscrit dans le phénomène d’essor de l’écrit qui accompagne les transformations sociales du Moyen Âge central. Les comptes du prieuré cathédral de Norwich se décomposent en plusieurs séries de comptes manoriaux – les comptes des domaines – et de comptes d’obédienciers – les comptes « domestiques » - qui permettent, à travers une analyse fine de l’organisation et de l’évolution des comptes, d’étudier la façon dont le recours au nouveau medium de l’écrit a catalysé une formalisation et une désambiguïsation des termes de la comptabilité et, à travers cela, a contribué à la naissance d’une pensée comptable. Le rôle de la hiérarchie ecclésiastique dans la diffusion et l’imposition de normes comptables a été réévalué, ainsi que la spécificité des pratiques monastiques, influencées par le développement concomitant de la fiscalité royale et pontificale sur les revenus monastiques. Enfin, tout au long du XIIIe et de la première moitié du XIVe siècle, les moines élaborent différents types de calculs agricoles permettant de contrôler les pratiques des officiers manoriaux à travers une meilleure connaissance des valeurs de l’agriculture. Le développement de ces valeurs reflète une logique économique médiévale, qui repose sur la comparaison entre des valeurs réelles et des valeurs de référence. La notion de valeur est centrale, à la fois pour la comptabilité seigneuriale et pour le calcul des assiettes fiscales, d’où des transferts notionnels entre les pratiques administratives seigneuriales et la mise en place d’une fiscalité institutionnelle.

  • Titre traduit

    Knowing through Numbers : monastic accounts and administration at Norwich cathedral priory (1256-1344)


  • Résumé

    The spread of monastic accounting in the 13th and early 14th centuries is one aspect of the development of pragmatic literacy and of the social transformations of the High Middle Ages. The accounts of Norwich Cathedral Priory are series of manorial and obedientiary accounts. The detailed study of their evolution and organisation reflects how the transfer of oral accounts to the written record has stimulated the specification of the field of accounting. The role of the ecclesiastical hierarchy in spreading norms of accounting has been reassessed, as well as the specificity of monastic accounting practices, which were influenced by the simultaneous development of the royal and papal taxation on ecclesiastical income. In the course of the 13th and early 14h centuries, monks have also developed calculations on agriculture which were meant to control manorial officers through a more accurate knowledge of the value of agricultural produce. The development of these calculations and values illustrates a medieval approach to the economy, founded on the comparison of real and ideal values for the produce of agriculture. The notion of value is central to seigniorial administration, but also to taxation and there have been transfers of logics between these fields.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.