Ce qui nous touche, ce que nous touchons : les matériaux émergents à l'épreuve de l'art contemporain : de nouvelles formes de rencontre des sensibilités entre l'homme et la matière

par Dominique Peysson

Thèse de doctorat en Arts et sciences de l'art. Arts plastiques

Sous la direction de Olga Kisseleva.

Soutenue le 10-12-2014

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Arts plastiques, esthétique et sciences de l'art (Paris) , en partenariat avec Esthétique de la performance et des arts du spectacle (Paris) (équipe de recherche) et de Institut ACTE (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Ivan Toulouse.

Le jury était composé de Olga Kisseleva, Jean-Paul Fourmentraux.

Les rapporteurs étaient Denis Briand, Jean-Marc Chomaz.


  • Résumé

    La matière émergente conçue aujourd'hui dans nos laboratoires est astucieusement efficace : les scientifiques s'inspirent des agencements intelligents que la matière vivante a optimisés au fil des générations ou structurent l'infiniment petit pour atteindre des propriétés jusque-là inimaginables. Alors qu'un art de l'immatériel s'est développé à partir du vingtième siècle, cette nouvelle matérialité renouvelle pour l'art contemporain sa manière d'aborder le l'ancien couple hylémorphique matière/forme. L'artiste sculpte non pas la forme extérieure mais les sous-structures internes de la matière, non pas l'objet mais ses propriétés. Prenant acte de son passage par le monde des idées, la matière se pose comme présence à la fois tangible et immatérielle, matière et matière grise. Une matière « qui a un poids, qui a un cœur », pour reprendre l'expression de Gaston Bachelard et dont le toucher - de l'effleurement poétique à la tactilité contenante, de l'enlacement amoureux à l'écrasement destructeur - peut nous toucher au plus profond. Une substance performeuse, puisque performante et active, dont l'intense présence et la capacité d'étrangéisation du réel éveillent des sentiments esthétiques d'une grande richesse. Elle se fait responsive pour donner corps à des œuvres interactives d'un autre genre, avec lesquelles nous entrons en relation directement par le langage de la matière, sans passer par le numérique. Une matière à penser, puisque notre pensée est d'abord corporelle. Penser par exemple les limites de la matière, à l'aube de notre marche vers le vivant artificiel.

  • Titre traduit

    What touches us, what we touch : emergent materials to the test of contemporary art : new forms of meetings of sensibility between people and matter


  • Résumé

    The emerging matter designed nowadays in our laboratories is c1everly effective: scientists reproduce smart arrangements that the living matter has optimized over generations, or they structure the infinitely small to attain previously unimaginable properties. While an immaterial art has developed since the twentieth century, this new materiality in contemporary art renews its way to approach the ancient hylomorphic couple of matter / form. The artist does not sculpt the external form but the internal sub-structures of matter, not the object but its properties. Taking note of its passage through the world of ideas, matter arises both as a tangible and intangible presence, matter and gray matter. A material "which has a weight, which has a heart", in the words of Gaston Bachelard, whose touch - from the poetic caress to the containing tactility, from the embrace of love ta the destructive crushing - can touch us deeply. A performer substance, since it is effective and active, which intense presence and ability to make reality foreign to us arouse very rich aesthetic feelings. It becomes responsive. to embody interactive works of another kind with which we enter into relation directly through the language of matter, bypassing digitality. A matter to be thought of, since our thoughts are originally corporal. Thinking the limits of matter, for example, at the beginning of our process towards artificial life.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.