Fabriquer pour la Chine 1978-2008 : théories et pratiques des architectes occidentaux sur les projets étatiques chinois

par Qiang Zou

Thèse de doctorat en Histoire de l'art

Sous la direction de Dominique Rouillard.

Soutenue le 22-05-2014

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale Histoire de l'art (Paris) , en partenariat avec Histoire culturelle et sociale de l'art (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Catherine Maumi.

Le jury était composé de Dominique Rouillard, Catherine Maumi, Bruno Jean Hubert.

Les rapporteurs étaient Yannis Tsiomis, Françoise Ged.


  • Résumé

    Grâce à sa politique de réforme économique et d'ouverture, la Chine a connu une forte croissance qui lui a permis de lancer des projets architecturaux et urbains de grande ampleur. Retracer la récente histoire de la modernisation urbaine chinoise, c’est constater l’abondante présence des architectes occidentaux qui la réalisent. Cette thèse explore les raisons pour lesquelles, en vue d’affirmer l’identité et l’ambition de reconnaissance mondiale de la Chine, les « stars » de l’architecture occidentale ont été sollicitées pour réaliser ces grands projets officiels à fortes significations idéologiques. Elle analyse tout autant le positionnement de ces architectes dans leur acceptation de la situation. Parmi ces projets icônes réalisés par les architectes occidentaux, quatre projets dont L’Hôtel Fragrant Hill de Ieoh Ming Pei, le Grand Théâtre National de Paul Andreu, le Stade National de Herzog & de Meuron et la CCTV de Rem Koolhaas, sont retenus pour analyser, à travers l’histoire de leur construction et de leur réception, l’impact du contexte sociopolitique chinois sur les pratiques de ces architectes occidentaux. Il s’agit de comprendre l’attitude intellectuelle de leurs auteurs, vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques au siècle de la globalisation. Parmi ces projets icônes réalisés par les architectes occidentaux, quatre projets dont L’Hôtel Fragrant Hill de Ieoh Ming Pei, le Grand Théâtre National de Paul Andreu, le Stade National de Herzog & de Meuron et la CCTV de Rem Koolhaas, sont retenus pour analyser, à travers l’histoire de leur construction et de leur réception, l’impact du contexte sociopolitique chinois sur les pratiques de ces architectes occidentaux. Il s’agit de comprendre l’attitude intellectuelle de leurs auteurs, vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques au siècle de la globalisation. Une nouvelle architecture incarnant les évolutions sociales chinoises à l’ère du postcommunisme est peut être née via les architectes intellectuels.

  • Titre traduit

    Made for China 1978-2008 : theories and practices of Western architects on Chinese national projects


  • Résumé

    Alongside of the economic reforms and opening-up, China has been experiencing a strong growth which allowed the government to launch many large-scale urban projects. Across the recent history of Chinese urban modernization, we try to put Western architects’ presence into China’s urban modernization context, and intend to figure out the reason for inviting Western “star” architects to construct important official buildings which often have strong ideological meanings, to serve national identity and ambitions. Among the major projects by Western architects, we have selected four projects. They are Fragrant Hill Hotel of I. M. Pei, the National Grand Theater of Paul Andreu, the National Stadium by Herzog & de Meuron and the CCTV of Rem Koolhaas. We have analyzed their construction histories and the impact of Chinese socio-political context on the practices of the architects, in order to understand their intellectual positions in relation to the economic-political power in the era of globalization. In this post-communist era, a new architecture reflecting Chinese social changes is made possible by the intellectual-architects.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.