Réformer la monarchie espagnole : le système de gouvernement de José de Galvez (1765-1787) : réformes politiques, réseau et Superior Gobierno

par Philippe Castejón

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Annick Lempérière.

Soutenue le 06-12-2014

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Histoire de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec Mondes américains (Paris) (équipe de recherche) et de Mondes américains (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Anne Dubet.

Le jury était composé de Annick Lempérière, Pierre Ragon, Wolfgang Kaiser.

Les rapporteurs étaient José María Imízcoz Beunza.


  • Résumé

    Le but de cette thèse est d'examiner les réformes politiques qui sont intervenues sous le règne de Charles III. La chronologie (1765-1787) se confond avec la visite générale de José de Gálvez en Nouvelle Espagne, puis avec sa nomination, en 1776, au secrétariat d’État des Indes. Au cours de cette période furent créées de nouvelles juridictions : une vice-royauté, deux capitaineries générales, trois audiencias et desintendances presque partout aux Indes. Ce moment est unique dans l'histoire de la monarchie espagnole par l'ampleur des réformes adoptées. Mais plus que les réformes elles-mêmes, c'est leur genèse et les moyens mis en œuvre pour les adopter qui ont attiré notre attention. À travers l'étude du réseau de José de Gálvez, nous avons pu observer une véritable politique de prise de contrôle du gouvernement des Indes. Le clientélisme du secrétaire d’État est alors mis au service de ses projets politiques. Ces réformes engagent une fragmentation du superior gobierno et un affaiblissement de l'autorité des vice-rois. Un nouveau système de gouvernement des Indes estalors expérimenté.

  • Titre traduit

    Reforming the Spanish Monarchy : the José de Galvez's Government System (1765-1787) : political Reforms, Networks and Superior Gobierno


  • Résumé

    This dissertation examines the political reforms under the rule of Charles III and, especially, under José de Gálvez, first, as Visitador General of New Spain and, later, as Secretary of State of the Indies. Between 1765 and 1787, Gálvez undertook several profound changes in the Indies’ government, including the creation of new administrative territories: a viceroyalty, two capitanías generales, three audiencias, and numerous intendencias in almost all the Indies. This period was unique for the Spanish monarchy not only for the large-scale reforms, but also for the means to achieve them, which is the focus of our research. By studying the José de Gálvez’s network, we argued that it succeeded in taking control of the Indies’ government. In fact, the goal of the Secretary of State’s clientelism was to serve his political projects. Furthermore, Gálvez’s reforms caused the fragmentation of the Superior Gobierno and the weakness of viceroys’ authority, which resulted in a new government system in the Indies.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.