La performativité du chant liturgique carolingien dans les sources philosophiques, liturgiques et didactiques : les pouvoirs affectifs et symboliques de la voix

par Frédéric Rantières

Thèse de doctorat en Religions et systèmes de pensée

Sous la direction de Irène Rosier-Catach et de Frédéric Billiet.

Le président du jury était Éric Palazzo.


  • Résumé

    Partagée entre plusieurs domaines de compétences, l’historiographie sur le chant grégorien soulève de manière hétérogène la question de son pouvoir. Selon que ses auteurs s’intéressent à la liturgie, à la philosophie ou à la théorie de la musique, à l’anthropologie des religions, ou encore à la pratique du chant et à son édition scientifique, chacun d’eux propose de ce phénomène une vision fragmentée, qui ne permet pas de dégager une vue d’ensemble homogène de la fonction qu’il opérait au sein du dispositif liturgique médiéval. Une étude approfondie de la performativité du chant grégorien d’après l’ensemble des sources carolingiennes s’avère par conséquent nécessaire, en vue d’interroger la pensée des philosophes, liturgistes, théoriciens et pédagogues de cette époque sur les pouvoirs dont ils l’investissaient. L’étude des traditions manuscrites carolingiennes relatives au chant liturgique permet de distinguer trois courants, dont les réflexions répondent à des finalités distinctes. Historiquement, le premier qui émerge de la pensée sur le chant grégorien demeure celui centré autour des six livres du De musica d’Augustin (354-430). Le second courant qui ressort de l’étude des textes sur le chant grégorien appartient à la littérature herméneutique sur la liturgie. Le troisième courant qui apparaît dans la tradition manuscrite est celui encore naissant à l’époque carolingienne des premiers traités didactiques sur le chant liturgique

  • Titre traduit

    The performativity of Carolingian liturgical chant in philosophical, liturgical and didactic sources


  • Résumé

    Shared between several fields of competence, the historiography on Gregorian chant underlines, in a heterogeneous manner, the question of its puissance. Writers over time have focused on different aspects such as the liturgy, music philosophy or theory, anthropology of religions, chant practise and its scientific publishing. Because of this, the scientific corpus provides a fragmented vision, not permitting a clear and homogeneous understanding of the phenomenon of liturgical chant operating inside the medieval context. A thorough study of the performativity of Gregorian chant according to the Carolingian sources appears necessary to understand the notion of the puissance invested in liturgical chant as described by the philosophes, liturgists, theorists and pedagogues from this period. The study of manuscript Carolingian traditions relative to liturgical chant allows to distinguish between three schools of thought, each with their own reflexions corresponding to distinct finalities. Historically, the first, which emerges from the reflexion on Gregorian chant, is based on the six books of the De musica by Augustine (354-430). The second school of thought arising from the study of texts on Gregorian chant is related to hermeneutic literature on liturgy. The third school of thought emerges at the beginning of the Carolingian period with the birth of the first didactic treatises on liturgical chant in the manuscript tradition

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (492 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 395-486. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Campus Condorcet (Aubervilliers). Grand Equipement Documentaire.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : DOC 14.7
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.