Mésentente cordiale : langues et coalition alliée sur le front ouest de la Grande Guerre

par Franziska Heimburger

Thèse de doctorat en Histoire et civilisationsHistoire et civilisations

Sous la direction de John N. Horne et de Christophe Prochasson.

Le président du jury était Stéphane Audoin-Rouzeau.

Le jury était composé de Jean-François Chanet, Odile Roynette.

Les rapporteurs étaient Hilary Footitt, Anthony Pym.


  • Résumé

    Les travaux existants sur la coalition alliée pendant la Première Guerre mondiale soulignent le grand nombre de malentendus et le niveau de méfiance entre ses différents acteurs au niveau du haut-commandement — pointant de fait une tension entre ce mauvais fonctionnement supposé et la conclusion victorieuse du conflit pour les Français, Britanniques et Américains qui se battirent ensemble sur le front de l'ouest. Une histoire croisée des pratiques de communication aux échelons inférieurs et des solutions de logistique militaire permet à la fois de constater comment ces échanges furent possibles et à quel point une bonne entente contribua au succès final des alliés. Les archives tant officielles que personnelles permettent de faire une lecture des traces de langues en tant qu'historienne des échanges internationaux et des choix de logistique militaire en tant que spécialiste de l'interprétariat et de la traduction. La France et le Royaume-Uni ont des stratégies militaires de langue très différentes au XIXe siècle. Les négociations entre 1905 et 1912 mirent sur pied une stratégie consistant à attacher des soldats français anglophones aux unités britanniques. Cette solution fut éprouvée à partir du mois d'août 1914 pendant la guerre de mouvement quand ces interprètes non-qualifiés découvrirent leur tâche et apprirent à se positionner entre officiers britanniques, militaires français et population civile. La liaison sur le champ de bataille et la traduction des documents écrits constituent d'autres éléments de cet équilibre fragile mais réussi qui fut une nouvelle fois mise à l'épreuve en 1918 avec l'intégration des États-Unis dans la coalition et la reprise du mouvement.

  • Titre traduit

    Mésentente cordiale ? : languages in the Allied Coalition on the Western Front of the First World War


  • Résumé

    Previous scholarship on the Allied coalition during the First World war has tended to stress the misunderstandings and distrust between the individuals representing their countries at high command level. There is an unexplained tension between this mésentente and the durable nature of the coalition and eventual victory of the French, British and Americans on the Western Front which leaves the lower echelons underexplored. By dialectically crossing communication practice and military logistics we can write a history which tells us both how these exchanges were possible and to what extent they contributed to the Allies' victory. Official and private archival material enables us both to read traces of language from the perspective of the history of international exchanges and also to understand choices in military logistics from the point of view of interpreting and translation studies. France and Britain had very different military language strategies throughout the 19th century. Secret negotiations between 1905 and 1912 established a strategy consisting of attaching English-speaking French soldiers to British units. From August 1914 these untrained military interpreters were put to the test and had to learn to position themselves among the British officers, French authorities and the local civilian population. Battlefield liaison and the handling of written documents were two further important elements in this fragile but successful balancing act which was further challenged in 1918 with the progressive integration of the US troops in the Allied operations and the shift from the trenches back to mobile warfare.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (419 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.[384]-412. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-68
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.