Les marginalia de lecture dans les « réseaux sociaux » du livre (2008-2014) : mutations, formes, imaginaires

par Marc Jahjah

Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication

Sous la direction de Christian Jacob.

Le président du jury était Roger Chartier.

Le jury était composé de Milad Doueihi, Béatrice Fraenkel.

Les rapporteurs étaient Marie-Anne Paveau, Marie-Sylvie Poli.


  • Résumé

    Cette thèse étudie la manière dont se présentent dans les « réseaux sociaux » du livre un dispositif graphique et une forme herméneutique : la marge et les marginalia. Depuis 2008 se sont en effet multipliés des réseaux sociaux d'un nouveau genre, qui permettent à leurs utilisateurs de surligner des passages de livres, de les commenter et de les partager, à partir de logiciels ou d'appareils de lectures spécifiques. Ces « contenus produits par les utilisateurs » font par ailleurs l'objet d'exploitations diverses, de l'analyse statistique, censée épuiser la compréhension des pratiques de lecture, à l'« enrichissement » des fiches de livres sur Amazon. Un premier mouvement s'attache d'abord à définir la notion de « marginalia » puis à suivre ses différentes matérialisations historiques, de manière à situer notre propre corpus. Constitué d'une dizaine d'entreprises (notamment Readmill, Kobo et Amazon), il fait l'objet d'un traitement sémiotique dans une seconde partie, sensible aux processus d'industrialisation des écrits, aux stratégies d'encouragement à la participation, qui doivent favoriser le transfert des pratiques lettrées vers un public élargi. Une dernière partie tente de comprendre comment de tels modèles ont pu émerger, en identifiant les imaginaires d'Internet et leur passage dans l'édition numérique, à partir d'une perspective interdisciplinaire.


  • Résumé

    This thesis examines how margins and marginalia are presented in the social networks of books. In recent years, users of these services can highlight, comment, share passages from books, thanks to software or specific reading devices. These « user-generated content » are economically exploited in different ways (statistical analysis, "enrichment" of books on Amazon sheets, etc. ). We first try to define the concept of "marginalia" and to follow its different historical realizations in order to situate our own object of study (consisting of a dozen social networks like Readmill, Kobo and Amazon). Then we study the form of annotations in our corpus, being attentive to the industrialization of these writings and incentive strategies for participation, which should promote the transfer of literacy practices to a wider audience. A final section tries to understand how such models have emerged, identifying the imaginary of the Internet and their passage into digital publishing, from an interdisciplinary perspective.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2015 par [CCSD] à Villeurbanne

Les marginalia de lecture dans les « réseaux sociaux » du livre (2008-2014) : mutations, formes, imaginaires

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (513 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.457-489. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-67
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.