L'expérience publique des crimes politiques du passé : le cas du Chili post-dictature (1990-2004)

par Paola Diaz Aravena

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Louis Quéré.

Soutenue en 2014

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Cette thèse est le fruit d’une enquête empirique sur l’expérience publique des crimes politiques de la dictature chilienne (1973-1990) en tant que problème public du Chili post-autoritaire. À partir de l’analyse d’entretiens, de discours présidentiels, de la presse écrite, de documents associatifs et officiels, nous proposons une restitution située des conflits publics liés à ces crimes. La première partie porte sur la constitution de la cause des détenus disparus par leurs familles au sein de l’Association de familles des détenus disparus du Chili (AFDD). Cette étude montre la préfiguration du problème éthico-politique qui sera au cœur de la transition vers la démocratie. La deuxième partie analyse la reconfiguration du problème et une nouvelle modalité de sa publicisation passant d’une vérité pour la justice, dénoncée par les associations, à une vérité pour la réconciliation brandie par le gouvernement élu. La troisième partie s’intéresse aux modalités des conflits liés à une croissante judiciarisation du problème des crimes qui est mise en concurrence avec la négociation d’une solution politique. La quatrième partie étudie une nouvelle configuration du problème des crimes axée sur la problématique de la mémoire des évènements traumatiques et son officialisation. Enfin, la dernière partie analyse la reconnaissance officielle de l’emprisonnement politique et de la torture, au moyen d’une factualisation extensive de ces pratiques répressives ainsi que les possibilités et limites que cette nouvelle publicisation du problème implique pour la transmission de la mémoire des évènements. Cette enquête constitue une pragmatique de l’expérience publique des crimes politiques qui s’efforce de montrer les relations traductives entre sa dimension éthique et sa dimension politique, tant pour les personnes touchées que pour la communauté politique impliquée. Par un récit et une analyse détaillée des situations de conflit liées à ces crimes, cette investigation rend compte de la détermination progressive et situationnelle de ce qui est couramment désignées par la littérature comme « transition démocratique » et « justice transitionnelle ».


  • Résumé

    This thesis is an empirical study about public experience of political crimes of the Chilean dictatorship (1973-1990) as a public problem for post-authoritarian Chile. We propose a restitution of public conflicts related to these crimes through interviews, analysis of presidential speeches, written press and associative and official documents. The first part of our study examines the constitution of the cause of the detained and disappeared by the relatives of the detained and disappeared at the heart of the Agrupación de familiares de detenidos desaparecidos de Chile (AFDD, Association of Relatives the Detained and Disappeared in Chile). This study shows the pre-figuration of the ethical-political problem at the heart of the democratic transition. The second part of the study analyzes a re-configuration of the issue and a new type of publicization which goes from truth for justice, denounced by the associations, to truth for reconciliation, maintained by the elected government. The third part of our study highlights the type of conflicts related to the growing judicialization of the crime issue, which competes with negotiation of a political solution to the problem. The fourth part of the study examines a new configuration of the crime problem focused on the issue of the memory and formalisation of traumatic events. The fifth and final part of the study analyzes the official acknowledgement of political prison and torture, through an extensive factualization of these repressive practices, as well as the possibilities and limits that this new publicization of the issue implies for the transmission of the memory of the events. This study constitutes a pragmatic of public experience of the crimes, which tries to show the relationships of translations between the ethical and political dimensions of these problems both for people directly involved as well as for the political community concerned. Through an account and detailed analysis of different situations of public conflict related to these crimes, this study reflects the progressive and situational determination of what has been referred to as “political transition” and “justice transition” by specialized literature.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (1024 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p.981-1016. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2014-11
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse Jean Jaurès. Bibliothèque universitaire centrale de lettres et sciences humaines.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.