Tourbières et boisements dirigés : gestion, représentations et trajectoires géohistoriques. Application aux forêts d’Écouves (Basse-Normandie, France) et de Slieveanorra (Comté d’Antrim, Irlande du Nord)

par Jenna Piriou

Thèse de doctorat en Géographie

Sous la direction de Jean-Paul Amat et de Guy Lempérière.

Le président du jury était Micheline Hotyat.

Le jury était composé de Jean-Paul Amat, Guy Lempérière, Hervé Cubizolle, Jean-Pierre Husson, Bertrand Sajaloli.


  • Résumé

    Les forêts d’Écouves (Basse-Normandie) et de Slieveanorra (Irlande du Nord) sont ponctuées de milieux tourbeux. La thèse retrace les trajectoires historiques de ces deux sites, aux changements paradigmatiques synchrones et en étudie, par enquêtes, les représentations et la gestion.Les résultats montrent le poids du sociosystème dans la naissance et le devenir des tourbières intraforestières, mais les systèmes de représentations et pratiques de gestion de ces turfi-sylvosystèmes diffèrent.De la moitié du 19e siècle au milieu du 20e, le bois de Goult était un taillis de feuillus dégradé, ponctué de milieux tourbeux, dévalorisés, voire dangereux. Des tourbières de couverture et des landes tourbeuses pâturées et exploitées extensivement par les paysans locaux caractérisaient les milieux occupés par l’actuelle forêt de Slieveanorra.Durant la période 1950-1980, le « tout boisement » valorisa ces terres marginales par la sylviculture de bois exotiques. Le bois de Goult, domanialisé en 1955, fut reboisé et les zones humides, plantées en épicéas de Sitka (Picea Sitchensis). La forêt de Slieveanorra fut créée de toutes pièces, à partir de 1955 aussi, avec l’acquisition des terres par le ministère de l’Agriculture.À la fin des années 1980, des mesures de gestion conservatoire se multiplient. Interventionnistes en forêt d’Écouves, elles sont plus légères en forêt de Slieveanorra où l’on protège et gère a minima les espaces non boisés. Les Normands, influencés par la communication du PNR Normandie-Maine et de l’ONF, connaissent bien le milieu-tourbière et ses attraits naturalistes tandis que les Nord-irlandais connaissent mieux le produit-tourbe, qu’ils craignent de voir disparaître.

  • Titre traduit

    Afforested peatbogs : management, representations and historical trajectories. Application to the forests of Écouves (Basse-Normandie, France) and Slieveanorra (Northern Ireland)


  • Résumé

    Écouves (Basse-Normandie, France) and Slieveanorra (Northern Ireland) forests are punctuated with peatlands. The thesis relates historical trajectories of these two sites, which experienced synchronic paradigmatic changes, and conducts surveys on representations and management.Results show that the sociosystem weights on the birth and future of intraforest peatlands, but representations and management practices of these turfi-sylvosystems are different.From the beginning of the 19th century to the middle of the 20th, the wood of Goult was a ruined broadleaved coppice, punctuated with depreciate, indeed dangerous, peatlands. The current Slieveanorra forest was occupied with extensively grazed and exploited blanket bogs and peaty heaths.Between 1950 and 1980, the “all-afforestation” policy developed these marginal lands with exotic coniferous trees plantations. The wood of Goult, state-owned in 1955, was replanted and peatlands were afforested with Sitka Spruce (Picea sitchensis). Slieveanorra forest was built, from 1955 too, with land purchasing by the department of Agriculture.Since the end of the 1980’s, conservation measures have grown in number. In the forest of Écouves, they are interventionists whereas in Slieveanorra forest, they are lighter; open spaces are protected and managed at least. Normans are influenced by the PNR Normandie-Maine and ONF communication and know the environment-bog and his naturalists qualities well whereas Northern Irish know the product-turf better, which they don’t want to see disappear.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Faculté des Lettres. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.