De l'avènement du parlant à la seconde guerre mondiale : histoire générale des studios de cinéma en France 1929-1939

par Morgan Lefeuvre

Thèse de doctorat en Etudes cinématographiques et audiovisuelles

Sous la direction de Michel Marie.

Soutenue le 07-12-2013

à Paris 3 , dans le cadre de École doctorale Arts et médias (Paris) , en partenariat avec Institut de recherche sur le cinéma et l'audiovisuel (Paris) (laboratoire) .


  • Résumé

    A travers une étude générale des infrastructures de production, l’ambition de cette recherche est double. Il s’agit d’une part de mettre en évidence la centralité du studio dans l’organisation de la production cinématographique française des années 1930, mais également de montrer quel a pu être l’impact des évolutions de fonctionnement des studios au cours de la décennie sur les conditions de travail et les modes de sociabilité des ouvriers et techniciens du film. Cette thèse ne se contente pas de rassembler des données factuelles et de dresser un inventaire des structures de production dans la France de l’entre-deux-guerres, elle étudie également les dynamiques d’une branche de l’industrie cinématographique en pleine évolution - les studios – tout en faisant de l’humain – ouvriers et techniciens du film - le pivot de la réflexion. L’analyse des dimensions techniques, économiques et humaines des studios français dans les années 1930, se déploie en trois parties correspondant à trois périodes marquées par des dynamiques différentes.La première partie (1929-1930), aborde la question du passage au parlant en privilégiant une approche descriptive des installations ; elle dresse un tableau de la situation en 1929 et analyse les nouvelles dynamiques économiques et techniques qui modifient en profondeur le paysage des studios français à l’aube de la décennie. La deuxième partie (1931-1933), s’attache à mettre en lumière le fonctionnement quotidien des studios, leur rôle dans la formation et la carrière des professionnels mais également leur impact sur la vie économique et sociale des territoires dans lesquels ils sont implantés. Enfin la troisième partie, (1934-1939), soulève la question du modèle de développement des studios français. Premières victimes de la crise de la production des années 1934-1935, les ouvriers et techniciens du film sont les premiers à réagir, répondant à la dégradation de leurs conditions de travail et de rémunération par un mouvement de revendications et de luttes sociales qui agitent les studios durant toute la seconde moitié de la décennie.

  • Titre traduit

    From the coming of the talking films to the second world war : a general history of the movie studios in France (1929>1939))


  • Résumé

    Throughout this general study of the production facilities, the goal of the research is two fold. It aims first at establishing the centrality of the studios in organizing the French movie production in the 1930’s. It equally looks at showing what have been the impacts of the changes which had affected the functioning of the studios during this decade on the working conditions and sociability modes of the working class and technicians of the film industry. Not only this PhD gathers evidences and draws an inventory of the production facilities in the France between the two world wars, but it also studies the dynamics of a fast evolving branch of the film industry, the studios, while making of the human - workers and technicians of the film industry - the centre of the reflection. The analysis of the technical, economic and human dimensions of French movie studios in 1930’s, unfolds in three parts corresponding to three periods marked by different dynamics. The first part (1929-1930), discusses the transition to talking cinema favoring a descriptive approach of the facilities; it paints a picture of the situation in 1929 and analyzes the new economic and technical dynamics that profoundly altered the landscape of French studios at the beginning of the decade. The second part (1931-1933) , aims to highlight the daily operation of the studios, their role in the training and career of professionals but also their impact on economic and social life of the territories in which they are located. Finally, the third part, (1934-1939), raised the question of the development model of French studios. First victims of the crisis of 1934-1935 production year, workers and technicians of the film are the first to react, responding to the deterioration of their working conditions and compensation by a movement of demands and social struggles that stir the studios throughout the second half of the decade.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Sorbonne Nouvelle. Direction des Bibliothèques Universitaires. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.