Politique économique des accords de libre-échange de la Corée

par Hye Min Lee

Thèse de doctorat en Sciences economiques

Sous la direction de Jean-Pierre Laffargue.

Soutenue le 26-06-2013

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale d'Économie (Paris) , en partenariat avec Centre d'économie de la Sorbonne (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Lionel Fontagné.

Le jury était composé de Jean-Pierre Laffargue, Jean-Claude Berthélémy.

Les rapporteurs étaient Patrick A. Messerlin, Arnaud Raynouard.


  • Résumé

    Après la naissance de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), en 1995, le nombre d'accords bilatéraux et régionaux commerciaux préférentiels a augmenté rapidement. La multiplication soudaine des accords de libre-échange (ALE) peut être principalement attribuée à trois facteurs: les réussites de l'intégration économique régionale, comme l'Union européenne et l'ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) ; l'incertitude du cycle de Doha et d'autres difficultés liées à la libéralisation des échanges au niveau multilatéral; la pression des entreprises qui craignaient d'être exclues du marché d'exportation à cause du nombre croissant d'ALE. Le gouvernement coréen a oeuvré pour rattraper son retard dans la course mondiale aux ALE en formulant une feuille de route en 2003 et en entamant des négociations sur un accord avec ses principaux partenaires commerciaux. L'objectif clé de la politique coréenne à l'égard des ALE est d'accroître l'accès au marché mondial et de fournir aux exportateurs coréens un avantage concurrentiel ainsi que de promouvoir les investissements étrangers. Un but encore plus important est d'améliorer l'efficacité de l'économie coréenne en renforçant la transparence et la prévisibilité du régime coréen de réglementation. Les ALE Corée-UE et Corée-Etats-Unis constituent des accords globaux de haut niveau. Ils devraient aussi offrir des avantages économiques réels et procurer d'énormes possibilités à l'économie coréenne ainsi que de favoriser le développement des relations bilatérales économiques de la Corée avec l'UE et les Etats-Unis. Ces deux accords fournissent des effets positifs à toutes les parties et en ce sens, la politique décidée par le gouvernement sud-coréen de les mener à bien parallèlement s'avère judicieuse et opportune. L'automobile a été le dossier le plus difficile à traiter à la fois avec les Etats-Unis et l'Union européenne. En dépit de l'approche différente concernant le listage des mesures de libéralisation et des différents secteurs des services transnationaux, le niveau des engagements de la Corée dans son accord avec l'UE est fondamentalement identique à celui passé avec les Etats-Unis. L'accord avec l'UE a repris à peu près les mêmes termes, certes simplifiés, que ceux adoptés dans l'ALE Corée-Etats-Unis à propos la zone industrielle de Kaesung (ZIK) en ne supprimant que des expressions politiques telles que la dénucléarisation de la péninsule et l'impact sur les relations intercoréennes.

  • Titre traduit

    ETA economic policy in Korea


  • Résumé

    Since the launch of the World Trade Organization in 1995, the number of bilateral and regional preferential trade agreements has rapidly increased. The sudden proliferation of FTAs can be mainly attributed to three factors; the Success of regional economic integrations such as the European Union and NAFTA; the uncertainty of the Doha Round and other difficulties in advancing further trade liberalization at the multilateral level; pressure from locally based businesses that fear being shut out of export markets by a growing number of FTAs. The Korean government worked to catch up in the global FTA race by formulating a FTA roadmap in 2003 and embarked upon FTA negotiations with major trading partners. The key objective of Korea’s FTA policy is to increase global market access and to provide Korean exporters with a competitive edge as well as to promote foreign investment. The more important goal is to enhance the efficiency of the Korean economy by strengthening transparency and predictability of Korea's regulatory regime. Both the Korea-EU FTA and teh Korea-US FTA are a comprehensive and high-level FTA and are expected to bring real economic benefits and offr enormous opportunities to the Korean economy as well as to the development of teh bilateral economc relations of Korea-EU and Korea-US. As the two agreements complement each other, it was beneficial for the Korean government to pursue the important agreements almost the same time. The auto issue was the most difficult to negociate both for the Korea-US FTA and the Korea-EU FTA. In spite of the different approach of listing the liberalized measures and sectors of the cross border services, the level of commitments of Korea in the Korea-EU FTA is basically the same as that of the Korea-US FTA. The Korea-EU FTA produced almost same but simplified language of the Korea-US FTA on the Committee on Outward Processing Zones on the Korea Peninsulea but deleted rather political expressions like the denuclearization of the Korea Peninsula and impact on intra-Korean relations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.