" Montrer au linguiste ce qu'il fait " : une analyse épistémologique du structuralisme européen (Louis Hjelmslev, Roman Jakobson, André Martinet, Emile Benveniste) dans sa filiation saussurienne

par Anne-Gaelle Toutain

Thèse de doctorat en Linguistique

Sous la direction de Georges Molinié et de Christian Puech.

Soutenue le 24-11-2012

à Paris 4 , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Sens, texte, informatique, histoire (Paris) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Michel Arrivé.

Le jury était composé de Georges Molinié, Christian Puech, Joëlle Gardes, Patrick Sériot.


  • Résumé

    Cette thèse consiste en une analyse épistémologique comparée et très détaillée de l’ensemble du corpus saussurien publié ainsi que d’une portion très significative des oeuvres de Hjelmslev, Jakobson, Martinet et Benveniste. Il s’agit de montrer qu’en dépit d’une filiation revendiquée le structuralisme européen n’est pas saussurien, et par là de faire apparaître, par contrecoup, la spécificité de la problématique saussurienne, ainsi que ses enjeux pour la linguistique et plus largement pour les sciences de l’humain. La problématique saussurienne avait permis, pour la première fois dans l’histoire de la linguistique, une appréhension théorique de la langue. La problématique structuraliste est en revanche entièrementempirique, de sorte que sa scientificité relève en réalité d’une idéologie scientifique, au sens de Georges Canguilhem. Le point nodal de cette radicale différence de problématique est l’absence de théorisation structuraliste du rapport son/sens, et corrélativement la mécompréhension du concept saussurien desystème. Celui-ci devient alors structure, c’est-à-dire, comme nous tentons de le faire apparaître, appréhension structurale d’un objet dont la définition commune et évidente (celle de la langue comme instrument de communication) n’est pas remise en cause. A la problématique étiologique saussurienne, constitutive du concept de langue, répond ainsi une problématique analytique qui conduit quant à elle à la construction d’un objet (forme ou structure) en lieu et place d’un concept. Plus précisément, la problématique structuraliste est idiomologique. Elle manque ainsi la distinction entre langue et idiome dont nous tentons dès lors de démontrer la nécessité et le caractère constitutif de la théorisation de lalangue et, au-delà, du langage, notamment dans le cadre d’une articulation entre linguistique et psychanalyse.

  • Titre traduit

    "To show the linguist what he is doing" : An epistemological analysis of european structuralism (Hjelmslev, Jakobson, Martinet, Benveniste) in its saussurean filiation


  • Résumé

    This thesis consists in a compared and thorough epistemological analysis of the whole of Saussure’s published work and of a significant part of Hjelmslev’s, Jakobson’s, Martinet’s and Benveniste’s. Its aim is to show that although it has acknowledged Saussure as an influence, European structuralism is not Saussurean. In doing so, it aims at bringing out the specificity of Saussure’s problematics and its stakes for linguistics and more widely for the sciences of the human being. Saussure’s problematics had made a theoretical apprehension of language (la langue) possible for the first time in the history of linguistics. On the other hand, the problematics of structuralism is entirely empirical, so that its scientificity is in fact a product of a scientific ideology (idéologie scientifique), in Georges Canguilhem’s sense of the word. The very core of this radical divergence in the problematics lies in the lack of structuralist theorization of the sound/meaning relation, and correlatively, the misunderstanding of Saussure’s concept of system. This system then becomes a structure, that is to say, as we try to show, the structural apprehension of an object whose commonly held and evident definition (language as an instrument of communication) is not questioned. Thus, Saussure’s etiological problematics, which is constitutive of the concept of language (langue), is echoed by an analytical problematics, which itself leads to the construction of an object (form or structure), instead of a concept. More precisely, the structuralist problematics is idiomological. Thus, it misses the difference there is between language (langue) and idiom, a distinction we thus try to demonstrate as necessary as well as constitutive for the theorization of language in the narrow sense of the word (la langue), and beyond it, of language in its larger sense (le langage), particularly in the context of an articulation between linguistics and psychoanalysis.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Informations

  • Détails : 8 vol. (6134 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 5957-6057

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Faculté des Lettres. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.