L' idée de permanence de l'être dans le problème théologico-politique

par Bruno Ben Moubamba

Thèse de doctorat en Études politiques

Sous la direction de Pierre Bouretz et de Jean-Paul Colleyn.

Soutenue en 2012

à Paris, EHESS .


  • Résumé

    Le monde contemporain marqué par le retour du fait religieux, a besoin d'un langage commun et celui-ci ne peut qu'être métaphysique puisqu'aucune culture ne peut nier qu'il y a de l'être. Or, la plupart des définitions de la religion n'échappent pas au problème théologico-politique. Ces définitions nous parlent presque exclusivement des présupposés psychologiques de la foi, des particularités de l'âme humaine qui engendrent des expériences mystiques par exemple. Et, ce que les partisans du « choc des civilisations » ne veulent pas voir est pourtant manifeste : s'il n'était question que de l'essence de la foi, autrement dit l'idée de permanence de l'être dans le problème théologico-politique. Sans la « permanence de l'être », aucune expérience de vérité ou de logos commun n'est possible et c'est la raison pour laquelle des définitions du genre psychologisant ou ethnicisant sont insuffisantes. Pour nous, la religion ou la foi, est une sorte de réfraction de l'être dans l'âme humaine à la manière de la réfraction de la lumière dans un diamant. Toute la question est de savoir comment comprenre l'Être lui-même. Le pur matérialisme a réduit l'être à la nature privée de la raison ou le refus de l'âme du monde, les religions voient à la base de l'Être une essence divine cachée et le saisit comme une réponse à la manifestation de cette essence. Or, si l'être naturel ou être fini est une chose évidente pour tous du fait de nos cinq sens, par quels organes sensoriels l'être-humain peut-il reconnaître l'être divin ou être éternel ?

  • Titre traduit

    The idea of being permanent in the theologico-political problem


  • Résumé

    The contemporary world marked by the return of religion, needs a common language and it can only be metaphysical beacause not a single culture can deny this evidence : there is being. However, most definitions of religion do not escape to the theologico-political problem. These definitions we speak almost exclusively psychological presuppositions of faith, peculiarities of the human soul that generate mystical experiences, for example. And what the supporters of the "clash of civilizations" do not want, however, is clear : if the religious phenomenon was only a question of psychology, "War of the Worlds" would be justified, for lack of a universal psychology. What interests us is the essence of faith, that is to say, the idea of being permanent in the theologico-political problem. Without the "permanence of being", no experience of truth or common logos is possible and this is why psychologizing and ethnicizing definitions are insufficient. For us, religion or faith, is a kind of refraction of being in the human soul in the way of light refraction in a diamond. The question is how to understand the Being itself. Pure materialism considered nature withought rationality and did not accept the soul of the world, religions believe that the source of Being is an hidden divine essence and see it as a response to the manifestation of this essence. However, if natural being is an obvious thing for all because of our five senses, by wich sensory organs human-being can recognize divine or eternal being ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (308 f.)
  • Annexes : Bibliogr. p.294-299

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TPE 2012-165
  • Bibliothèque : Fondation Maison des sciences de l'homme. Bibliothèque.
  • PEB soumis à condition

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFT 2171
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.